Mon nouveau challenge : apprendre l’italien

Mon nouveau challenge : apprendre l’italien

Depuis des années, l’italien occupe une place de choix dans mes envies linguistiques. C’est un pays qui se trouve tout à côté du notre, rendant les voyages faciles. C’est également une terre d’Histoire fascinante. Les récits des illustres italiens m’ont toujours conquis.

 

Enfin, l’Italie ce sont les Italiens. Jean Cocteau avait déclaré : ” les Italiens sont des Français de bonne humeur”. Même si cette citation peut prêter à sourire ou à froncer les sourcils, je trouve qu’il émane une certaine positivité quand on évoque la langue de nos amis transalpins. D’ailleurs, d’autres écrivains ont relayé cette conception enjôleuse de l’italien. J’ai en mémoire un extrait de Gustave Flaubert qui disait : “Jeunesse: Ah! C’est beau la jeunesse. Toujours citer ces vers italiens, même sans les comprendre: O Primavera ! Gioventù dell’anno ! O Gioventù ! Primavera della vita!…”

 

Enfin bon, toutes ces raisons m’ont poussées à apprendre l’italien une bonne fois pour toute. Dans cet article, je vous dirai comment je m’y suis pris et quelles sont les stratégies que j’ai mis en place pour y parvenir en quelques semaines.

 

L’italien, une langue facile ?

Quel est mon niveau ?

Je pars d’un niveau zéro. Quand j’ouvre mes premières applications ou livres d’italien, je constate très vite que je ne connais de cette langue que les quelques mots que l’on connaît tous. Je décide donc de faire un inventaire à la Prévert des mots qui me restent en mémoire.

 

A mon grand dam, la liste est relativement courte, environ 20 mots, parmi lesquels “ciao, belissima, andiamo, piano piano, grazie, arrivederci”. En fait, une bonne moitié d’entre eux sont espagnols. Qu’importe, l’important ce n’est pas la quantité. Il me sera plus facile de commencer sur des bases inexistantes que sur des bases erronées.

 

Certains de mes amis ont déjà appris l’italien, ils me disent que c’est une langue facile. J’avouerai que je ne connais pas bien la définition de langue facile puisque j’ai très souvent galéré pour apprendre une nouvelle langue ! Mes choix se sont portés sur l’allemand, le russe, le turc et le japonais. Comme vous pouvez vous en douter, rien n’a été inné !

 

J’ai dû me forcer certains soirs à lire quelques paragraphes ou à apprendre 10 nouveaux mots. D’autre fois, c’était même pire, je remettais au lendemain ce que je n’avais pas le courage de faire dans la journée.

 

Mon objectif

J’ai décidé de rejoindre des amis à Venise pour y prendre du bon temps. Ce petit périple ne durera que trois jours mais c’est une occasion formidable de m’essayer à une nouvelle langue. Pendant ces trois jours, j’ai donc l’ambition de réaliser tout cela en italien :

  • demander mon chemin ;
  • commander au restaurant et commenter mon plat au serveur ;
  • parler avec des inconnus sur la beauté de leur ville ;
  • demander au gondolier s’il kiffe sa vie et pourquoi.

 

apprendre italien

Apprendre l’italien pour discuter avec le gondolier

 

Seulement, j’ai aussi en tête tout ce qu’il ne faut pas faire. Si vous lisez ces lignes, c’est que vous aussi avez besoin de conseils. Après avoir vécu des années à l’étranger, je peux vous recommander ce qui suit :

  • limitez vos échanges en français (ou votre langue maternelle) qu’avec vos amis. N’essayez pas de rechercher le français à l’étranger . Au début, c’est dur mais il ne faut rechercher ni le confort ni la paresse ;
  • prenez l’initiative de parler avec les commerçants ou les passants. Ne laissez pas passer votre tour ;
  • entraînez-vous à parler la langue locale avec vos amis.

 

Ce dont j’ai vraiment envie, c’est de pouvoir parler sans trop hésiter en italien. Pour cela j’ai besoin de maîtriser les bases de grammaire et connaître quelques centaines de mots. Je l’ai déjà fait pour 7 langues, ce n’est pas sorcier, n’est-ce pas ? Non, continuez de lire, vous allez voir ! 😉

 

Mes stratégies

Combien de temps et quel budget ?

D’abord, je me dois d’être honnête avec vous. Apprendre l’italien est bien plus facile que le chinois ou l’arabe. Ainsi, il me faut beaucoup moins de temps pour être opérationnel. Dans mon cas, je dispose d’un mois pour être capable de bafouiller efficacement. Un mois, ça veut dire 4 semaines, 30 jours, 720 heures. Pour l’italien, ce sera largement suffisant.

 

Je pars en voyage fin avril 2018 et j’ai commencé la dernière semaine de mars de la même année. Pour être capable de parler correctement, je sais que je vais devoir :

  • bosser au moins 20 minutes par jour ;
  • apprendre un nouveau point de grammaire par jour ;
  • engloutir 20 mots de vocabulaire par jour pendant un mois ;
  • prendre mon pied.

 

Pourtant, je suis bien conscient que ce petit plan de route ne sera pas suffisant pour être à l’aise. Loin de là. Mais je considère ce travail préparatoire comme un bagage de survie. Enfin, mes réserves en liquidité étant en berne ce mois-ci, je consens à dépenser 20€ maximum pour arriver à mon objectif.

 

Quels outils ?

Premièrement, vous n’aurez pas besoin de dictionnaire. Bonne nouvelle, vous ne trouvez pas ? 😀 Ensuite, vous ne prendrez que le strict nécessaire avec vous. Ca veut dire, un format digital (une application) et un format papier (un bouquin), basta !

 

En terme d’application, j’ai opté pour l’une de mes trois préférées : Babbel. J’ai pris la formule un mois pour 12,99€. Notez au passage que Busuu ne propose pas d’abonnement pour un mois. La première offre est à 9,99€ par mois pendant trois mois. Mais j’aurais été hors budget avec cette option. Duolingo est gratuit et très bien fait mais après des années d’utilisation, je sature un peu. D’autant plus que les points de grammaire ne sont pas disponibles sur iOS, seulement sous Android. Un problème que j’ai de plus en plus de mal à supporter. Voilà qui est réglé pour  l’application.

 

Pour le bouquin, mon choix est évident. Je n’ai pas besoin d’une grosse méthode parce que je me suis fixé comme objectif de maîtriser les fondamentaux sans m’encombrer l’esprit avec trop de détails. J’ai décidé d’acheter le livre ci-dessous.

 

L’italien tout de suite comporte 40 petites leçons. La grammaire est bien résumée au début de l’ouvrage un max de vocabulaire de base vient compléter le tout. Avec ça je sais que, d’une part, je serai bien armé pour commander mes pizzas et et d’autre part pour tailler une bavette avec les vénitiens.

 

Le prix Amazon est de 5,95€. Je pense, sans avoir vérifié, que ce doit être son prix dans le commerce partout.

 

Conclusion

Au bilan, j’espère pouvoir étudier jusqu’à 20 minutes tous les jours. Mon budget est respecté puisque je n’ai dépensé que 18€. Je sais que je ne risque pas de me perdre dans mon apprentissage parce que j’ai volontairement choisi de ne pas acheter trop de choses.

 

Dans un prochain article, je vous dirai pourquoi ma méthode a été payante et comment j’ai optimisé mon temps d’apprentissage. Je vous parlerai également de l’étape 2 de mon projet : comment faire pour mettre un coup d’accélérateur pour parler couramment une langue.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez vos commentaires ci-dessous ! Et mettez un “like” sur Facebook ou Twitter, ce serait chouette  🙂

 

Destination : New-York !

Destination : New-York !

Même si vous n’y êtes jamais allés, vous connaissez déjà pas mal de choses sur New-York ! La ville phare de la côte est fait rêver de nombreuses personnes et les adjectifs ne sont pas suffisants pour la décrire : magique, vertigineuse, incroyable, époustouflante, etc. New-York est non seulement la ville de tous les extrêmes, mais également des superlatifs. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir tout ce qu’il est possible de découvrir et de faire dans la « Big Apple ». Alors si vous avez le projet de vous rendre dans cette mégalopole grandiose, l’article d’aujourd’hui pourrait bien vous faire gagner du temps sur la planification de votre trip.

 

Les incontournables de New-York

Plongeons-nous dans un premier temps dans tous les endroits touristiques et mythiques de New-York que vous devriez visiter lors de votre séjour.

 

Central Park

Poumon vert de New-York, Central Park est un parc de 340 hectares situé au cœur du quartier de Manhattan. Avec plus de 500 000 arbres différents, vous pourrez profiter d’une véritable bouffée d’oxygène. C’est à cet endroit notamment que tous les New-yorkais viennent se détendre, faire leur jogging ou changer d’air dans leur journée trépidante. Petit détail de taille : Central Park est fréquenté par plus de 20 millions de personnes au cours de l’année.

 

Chinatown

Ce quartier asiatique est un quartier à l’image de ses habitants. En effet, vous aurez l’impression de vous trouver en Chine alors que vous êtes toujours à New-York. Un dépaysement garanti avec des enseignes, des couleurs, des idéogrammes, des restaurants typiquement asiatiques. Les grandes villes américaines ont su conserver l’âme de certaines communautés. Les différents Chinatown des Etats-Unis sont le reflet du passé migratoire qu’a connu le pays. En fait, les Chinois ont été parmi les artisans discrets de la construction des USA. On retiendra notamment leur participation à la pose des rails de chemin de fer reliant la côte ouest et la côte est.

 

Chrysler Building

Construit en 1930, le Chrysler Building est un monument typique de New-York où vous pourrez admirer une flèche en acier d’une hauteur de 30 mètres. Ce gratte-ciel est un emblème de New-York qui vous en mettra plein la vue. Le meilleur plan pourrait être de vous rendre juste en face pour le voir dans toute sa splendeur !

 

Ellis Island Immigration Museum

En prenant le ferry dont le terminus est à Liberty Island, vous pourrez vous rendre à Ellis Island Immigration Museum. C’est à cet endroit notamment qu’entre 1892 et 1924, 12 millions d’immigrés ont débarqué. En visitant le musée, vous pourrez découvrir différents témoignages et de nombreux objets d’époque. Un lieu incontournable pour découvrir une partie de l’histoire américaine.

 

L’Empire State Building

L’Empire State Building est l’un des célèbres gratte-ciels de la ville de New-York. Plus haut gratte-ciel de la ville, il culmine à 448 mètres de haut. Construit au cours des années 30, il représente le capitalisme américain. Actuellement, plus de 15 000 personnes travaillent quotidiennement dans ce building, mais il est possible de prendre l’ascenseur en tant que touriste pour profiter d’une vue panoramique sur New-York au 86ème étage. Alors, profitez-en !

 

La statue de la Liberté

Impossible de parler de New-York sans évoquer la statue de la Liberté. Cette statue colossale est une œuvre de Bartholdi. Véritable symbole de la ville, elle attire chaque jour des centaines de touristes venus des quatre coins du monde. Il faut savoir que la statue de la Liberté a été un cadeau offert par la France aux États-Unis pour l’indépendance américaine. À cet endroit, vous pourrez également profiter d’une belle vue sur Manhattan. La classe.

 

Wall Street

Wall Street est le siège de la bourse de New-York, mais est également le centre financier de la planète. C’est une place boursière d’intérêt majeur pour le monde entier. Entrer dans ces lieux, c’est prendre la mesure des enjeux financiers à l’échelle de la planète. Si le loup de Wall Street, interprété par Leonardo Di Caprio vous a plu, vous pourrez marcher dans ses pas !

 

World Trade Center et son mémorial

Également appelé « Ground Zero », c’est à cet endroit que figuraient auparavant les tours jumelles du World Trade Center. Actuellement, vous pouvez désormais découvrir la One World Trade Center qui fut reconstruite au même endroit, plus haute tour de la ville et du monde occidental. Vous aurez également l’opportunité de vous rendre dans un jardin du souvenir où deux bassins furent construits à la place des anciennes tours.

 

Times Square

Times Square est souvent présent sur les cartes postales. Au cœur de Theater District, il est super intéressant de vous y rendre la nuit ! En effet, vous pourrez découvrir un environnement totalement illuminé par des enseignes géantes. C’est d’ailleurs ici que le New York Times est installé depuis sa création. Il y a aussi un cowboy en slip qui joue de la guitare, m’enfin …

 

Le quartier de SoHo

SoHo est l’abréviation de South of Houston Street. Au cœur des années 70, de nombreux artistes y résidaient. Les entrepôts étaient alors de véritables ateliers et des logements. Actuellement, le quartier est devenu totalement inaccessible en termes de tarifs, mais vous pourrez découvrir un endroit totalement atypique. C’est ici que vous pourrez explorer les restaurants les plus branchés, des galeries d’art, mais également des boutiques de créateurs dont les prix de vente sont ahurissants.

 

Ce qu’il est possible de faire à New-York

Pour faire court, je dirais qu’il est impossible de s’ennuyer à New-York. Cette ville regorge d’activités, toutes différentes, pour répondre aux goûts de tous.

J’ai retenu quelques unes des idées que vous devriez avoir à l’esprit lors de votre séjour à New-York après avoir pris le temps de visiter les endroits cités juste au-dessus.

La vie nocturne New-Yorkaise

Il faut savoir que la vie nocturne représente une grande partie de l’économie de New-York et la majeure partie des bars sont ouverts jusqu’à 2 heures voire 4 heures du matin pour certains, et cela même la semaine. New-York se fait d’ailleurs surnommer « la ville qui ne dort jamais ». Les meilleurs bons plans se déroulent d’ailleurs au cours de la semaine, car les New-Yorkais malgré leurs impératifs professionnels ne se gênent pas pour profiter pleinement de la vie.

J’évoque ici les speakeasies. Ces bars secrets sont conçus dans l’esprit des bars clandestins il y a quelques années, qui existaient lors de la prohibition. Le principe est simple, vous allez dénicher un bar derrière un salon de coiffure par exemple. Une adresse qui devra généralement être trouvée sur la toile ou qu’un New-Yorkais vous aura donné. Finalement, ces bars secrets ne fonctionnent uniquement que grâce au bouche à oreille.

 

Les musées

Les musées représentent une grande part des activités prenantes au cœur de New-York. En effet, la ville compte environ 150 musées différents, mais les prix peuvent être très élevés. Effectivement, comptez entre 10 et 25 dollars en moyenne pour entrer dans un musée et cela par personne.

 

Les spectacles

Si vous appréciez les spectacles et notamment les comédies musicales, faites un tour du côté de Broadway. En effet, les shows de Broadway ont la cote et sont reconnus à travers le monde entier. Si votre budget vous le permet, faites-vous ce plaisir. Comptez environ entre 50 et 200 dollars la place pour un spectacle à New-York.

 

Le sport

Sachez que si vous appréciez le sport, c’est une excellente idée de découvrir la ville sous un autre angle. En effet, il existe plus de 500 km de pistes cyclables au cœur de New-York où vous pourrez découvrir ainsi la ville à votre rythme tout en faisant du sport. Rendez-vous au Citibike, le Vélib’ de New-York avec 6 000 vélos en libre-service que vous pouvez utiliser à partir de l’âge de 16 ans. Comptez 10 dollars par jour ou 25 dollars par semaine. Attention, cela ne vous donne droit qu’à des trajets de 30 minutes, sinon vous devrez payer des frais supplémentaires.

Pour finir, je vous conseille également d’aller voir un match de basket-ball, la NBA, vous verrez la passion des américains pour ce sport et une ambiance que vous n’êtes pas prêts d’oublier.


Vous avez aimé cet article ? Partagez vos commentaires ci-dessous ! Et mettez un “like” sur Facebook ou Twitter, ce serait chouette  🙂

Recevez votre guide gratuit pour :

 

✔️ Réussir à apprendre n'importe quelle langue

✔️ Choisir les bonnes ressources

✔️ Eviter les pièges de débutants

✔️ Rester motivé.e

Félicitations ! Bienvenue à bord !

Pin It on Pinterest