Comment apprendre l’anglais commercial ?

Comment apprendre l’anglais commercial ?

De nos jours, une grande partie des personnes qui apprennent une langue le fait dans une optique professionnelle. Et c’est peut-être même votre cas ! Oui, avec le commerce international qui s’accroît un peu plus chaque jour, connaître plusieurs langues est un avantage considérable. Afin de communiquer efficacement, les entreprises du monde entier ont choisi une langue en particulier : l’anglais. Cependant, il ne s’agit pas là de n’importe quel anglais. Il s’agit d’un anglais bien plus spécialisé que celui que l’on apprend à l’école : l’anglais des affaires, ou anglais commercial. Dans cet article, nous vous donnerons quelques conseils pour l’apprendre et quelques ressources intéressantes afin de communiquer facilement avec vos collaborateurs du monde entier.

Découvrons ensemble les outils que vous avez à disposition pour apprendre l’anglais commercial !

 

Présentation

Avant d’entrer dans les détails de l’apprentissage de l’anglais commercial, découvrons ce qui fait sa spécificité mais également les avantages de l’anglais des affaires.

L’anglais commercial : une lingua franca

Une lingua franca, selon le Cambridge Dictionary, est une langue utilisée pour communiquer entre locuteurs de langues maternelles différentes. C’est une sorte de terrain neutre où se retrouvent des millions de personnes pour communiquer sans équivoque. Depuis près d’un siècle, l’anglais est utilisé comme lingua franca dans le monde des affaires, permettant de faire du commerce avec le plus grand nombre de pays différents.

Alors qu’apprendre une variété spécifique d’anglais – anglais américain, anglais britannique, canadien, australien ou encore les différents pidgins – permet d’en savoir plus sur la culture d’un pays. La particularité de l’anglais en tant que lingua franca est qu’elle ne véhicule pas de culture à proprement parler. En effet, c’est avant tout un outil de communication efficace qui permet à tous de se comprendre. Par conséquent, on peut donc dire que l’anglais commercial est une lingua franca. De plus, si vous parlez déjà une variété d’anglais, préparez-vous à en connaitre une nouvelle en vous plongeant dans l’anglais des affaires.

Quels avantages ?

Dans le monde des affaires, parler l’anglais, c’est bien, mais savoir parler l’anglais commercial, c’est mieux. Effectivement, connaitre le jargon technique du commerce, de l’économie et de la finance est un avantage considérable lorsque l’on recherche du travail. Grâce à un apprentissage de l’anglais des affaires, vous êtes à même de communiquer avec des professionnels du monde entier. De même, vous pourrez vous faire comprendre avec plus d’aisance au moment de rencontrer clients et fournisseurs par exemple. Intéressons-nous maintenant aux différents supports dédiés à l’apprentissage de l’anglais commercial.

 

Les livres spécialisés pour apprendre l’anglais commercial

De nombreux livres sont disponibles pour apprendre l’anglais commercial. En voici deux qui vous permettront d’en savoir plus sur la langue du monde des affaires.

  • « Business communication tool box » d’Elvis Buckwalter

Voici l’un des ouvrages les plus complets pour apprendre l’anglais commercial. Muni d’un guide méthodologique, d’un mémento et d’un support USB, cet ouvrage propose une préparation complète : pour affronter les différentes situations où un jargon spécifique est requis. Grâce à des exemples de dialogues, vous serez à même de communiquer avec tous vos collaborateurs de manière précise. Vous l’aurez compris, voici une méthode ludique et complète pour faire de vous un vrai businessman.

  • « L’anglais économique et commercial » de Jean-Pierre Berman chez Langues pour tous

Autre ouvrage très utile dans l’apprentissage de l’anglais commercial : « L’anglais économique et commercial » proposé par Pocket dans la collection Langues pour tous. Ce petit livre très abordable contient des informations complètes sur le commerce international. Entre autres, il inclut la mondialisation des échanges et le développement des nouvelles technologies, tout en proposant cours de langues et exercices. Chaque chapitre aborde un grand thème – banque, bourse, transports, droit des sociétés, marketing, distribution, etc. Et, pour finir, il propose définitions, textes et documents d’illustration, phrases-clés, glossaires anglais-français ainsi que des exercices et leurs corrigés pour mesurer votre progression.

 

La presse papier

Afin de mettre en pratique votre savoir de l’anglais commercial mais aussi pour apprendre de nouveaux mots et expressions, les journaux et revues commerciales en anglais seront d’une grande aide.

Le journal : le Financial Times

Le Financial Times (FT) est un quotidien économique et financier britannique. Cependant, la majeure partie des lecteurs de ce journal se trouve à l’étranger. En effet, chaque jour, il est imprimé simultanément dans quelques 24 villes du monde entier (Londres, Leeds, Liverpool, Dublin, Paris, Francfort, Stockholm, Milan, Madrid, New York, Chicago, Los Angeles, San Francisco, Dallas, Atlanta, Miami, Washington, Tokyo, Hong Kong, Singapour, Séoul, Dubaï, Johannesburg et Istanbul). Si vous avez la chance de vivre dans une de ces villes, vous aurez donc toute l’actualité économique mondiale à portée de main.

Le Financial Times est considéré comme l’une des grandes références dans le monde de l’actualité économique. Vous pourrez y apprendre de nombreuses expressions et termes liés à l’économie pour compléter votre apprentissage. N’ayez pas peur de souligner les mots que vous ne connaissez pas et de les noter dans un petit carnet pour les mémoriser.

Les revues : The Economist et le TIME

Moins facile à trouver chez votre marchand de journaux, les revues The Economist et TIME pourront néanmoins s’avérer très utiles pour avoir un aperçu de l’anglais commercial. La première est assez complexe mais présente toutefois une grande quantité de termes et d’expressions du monde des affaires. En revanche, la revue TIME est plus facile à aborder, avec des portraits d’économistes et de personnalités diverses. Où les trouver ? Rendez-vous dans les librairies Relay des gares SNCF qui proposent une grande variété de journaux et revues spécialisées, le tout en langues étrangères.

La radio

La radio est un outil formidable pour l’apprentissage des langues. Premièrement, elle vous permettra de faire travailler votre compréhension et de vous donner des pistes pour la prononciation. Mais elle sera également utile pour vous maintenir informé et pour vous enseigner de nouveaux mots.

Share Radio (Royaume-Uni)

Share Radio est la première station de radio du Royaume-Uni consacrée aux affaires et à la finance. Une radio commerciale à mi-chemin entre la BBC Radio 4 et le Financial Times. Elle se veut unique en son genre. Créée en 2014, elle est désormais disponible en ligne dans le monde entier. Share Radio diffuse de nombreuses informations ainsi que des conseils sur les questions de finances et d’investissement dans un langage très accessible. Vous pourrez donc rester informés sur l’actualité économique et parler de sujets spécifiques avec vos collaborateurs : meilleures destinations de voyage aux meilleurs prix, conseils sur les placements financiers, informations et analyses de marché réalisées par des experts. Le commerce international n’aura plus de secret pour vous. Un bon moyen de mettre en pratique votre anglais commercial et d’apprendre de nouveaux termes.

Bloomberg (USA)

Disponible en ligne dans quelque 120 pays, Bloomberg est une radio américaine spécialisée dans le commerce et l’économie. Animée par des journalistes et analystes financiers 24 heures sur 24, Bloomberg permet d’être informés des dernières tendances du marché. Vous pourrez l’écouter via le site internet pour apprendre de nouveaux termes ou profiter de l’application Bloomberg Radio+ pour rester informés même en déplacement.

 

Les applications smartphone

Bien entendu, il existe aussi des applications smartphone spécialisées dans l’apprentissage de l’anglais commercial, découvrons-les.

Mosalingua Business English

Mosalingua Business English est une application gratuite disponible aussi bien sur les dispositifs Apple que sur les dispositifs Android. Une application ludique qui vous permettra d’apprendre du vocabulaire économique et commercial facilement grâce à des dialogues. De nombreuses fiches de vocabulaires sont disponibles, classées par thème, pour non seulement améliorer votre prononciation mais aussi pour vous permettre d’acquérir le vocabulaire du monde des affaires.

Business English Pod

Business English Pod est un site spécialisé dans l’anglais des affaires qui possède désormais sa propre application. Elle vous permettra d’apprendre à :

  • animer des réunions
  • répondre aux appels
  • animer des présentations
  • entrer en négociations avec des collaborateurs

Elle pourrait même vous être utile pour un entretien d’embauche. Une application professionnelle disponible sur l’App Store et Google Play pour apprendre l’anglais commercial où que vous soyez.

 

Les différentes ressources PDF en ligne

Internet regorge de ressources PDF destinées à l’apprentissage de l’anglais commercial. Ces PDF sont mis en ligne par des professeurs, des élèves ou même des amateurs dans le but de donner accès à des contenus utiles pour tous ceux qui souhaiteraient parler la langue des affaires. En tapant dans votre moteur de recherche « anglais commercial pdf » vous trouverez différents cours et glossaires pour apprendre l’anglais des affaires. Attention ! Nous vous conseillons de vous munir d’un petit carnet pour prendre des notes et mémoriser le plus de termes possibles.

 

Conclusion

Pour apprendre l’anglais commercial, de nombreuses ressources sont disponibles. Vous pourrez profiter des nombreuses méthodes dédiées à l’apprentissage de l’anglais des affaires en version papier ou en application mobile, mais aussi exploiter différentes ressources complémentaires comme les revues et journaux commerciaux ou encore les radios anglophones spécialisées. Pour finir, Internet est une source intarissable de contenus dédiés à l’anglais des affaires, alors n’attendez plus pour apprendre l’anglais commercial !

Trouver un séjour linguistique pas cher

Trouver un séjour linguistique pas cher

Pour apprendre une langue étrangère, le séjour linguistique est la solution premium. Il vous permet d’être dans le pays de votre choix et dans la culture que vous avez choisie. Certains proposent des cours, ou des activités ludiques ce qui vous permettra d’aller bien plus vite dans votre apprentissage ! On ne vous cachera pas qu’il n’existe pas meilleure méthode pour apprendre une langue. Bon, comme toujours, il y a peut-être un petit problème : celui du prix. Trouver un séjour linguistique pas cher, n’est pas évident. Il faut concilier qualité du séjour, pour un résultat optimal, sérieux de l’organisme, pour la tranquillité de tous (enfin, surtout pour les parents en fait) et prix abordable pour que cette opportunité se créé.

Dans cet article, nous dressons un panorama des meilleurs organismes pour partir en comparant à chaque fois le prix d’un séjour bien particulier. Mais il faut avoir en tête que tout cela est bien encadré : on revient dessus dans les lignes qui suivent !

 

Les meilleurs organisateurs du marché

Il existe un nombre considérable d’organisateurs de séjours linguistiques sur le marché. J’ai décidé de n’en sélectionner qu’un poignée. Pour ce faire, je me suis fondé sur le prix, bien évidement, mais pas seulement. La qualité est également un critère de sélection 😆 Je me suis également fondé sur toutes les normes citées plus bas dans cet article. Elles sont pour vous un gage de sérieux et de fiabilité. Maintenant, voyons voir notre classement des séjours linguistiques les moins chers !

 

Voyage-langue

Les prix sont attractifs, les labels qualité au rendez-vous. L’organisateur vous placera dans des écoles reconnues aussi bien sur le plan éducatif que professionnel. L’un des premiers critères à retenir est que votre immersion doit porter ses fruits. Il ne suffit pas d’aller à l’étranger pour en revenir bilingue. Il faut donc une bonne école, un cadre de vie stimulant pour que votre investissement porte réellement ses fruits. Je précise également que les adultes aussi sont les bienvenus ! Voyage-langue a su allier qualité et cadre de vie agréable. A essayer !

Une petite phrase m’a surtout tenu en haleine : “Si vous trouvez en France un tarif moins cher pour le même séjour dans les mêmes conditions et aux mêmes dates, Voyage-Langue s’engage à vous rembourser deux fois la différence“. Je crois que la messe est dite ! 

Plus d’information sur le site web.



ESL

Incontestablement, l’un des leaders du marché avec une offre hallucinante. Vous aurez le choix de vous perfectionner dans une vingtaine de langues. Les cours proposés sont très variés : qu’ils soient généralistes, appliqués, dédiés à la préparation d’exams ou pour trouver un job, vous y trouverez la formule qui vous convient. Encore une fois, ce que j’aime avec ESL, c’est qu’il existe des programmes pour les adultes et qu’ils sont très bien faits. Les formules hébergement sont variées : chez l’habitant, dans une chambre, en coloc … chacun peut y trouver son compte.

Pas grand chose à redire sur ESL, c’est fiable, sérieux, carré. Les résultats sont évidents au retour de cette merveilleuse expérience. Quant au prix … ils ne margent pas sur le prix des écoles, ils offrent le vol pour les formules long séjour et font de belles réductions quand vous partez à deux. Pas mal du tout en somme.

Plus d’informations sur le site web.

 

AFS

Ce que j’aime avec AFS c’est le souvenir qu’elle m’inspire. C’est une prof d’anglais alors que je n’étais qu’en seconde qui nous avait parlé de cette association à but non lucratif. Je me souviens qu’elle disait que le but premier d’AFS était de rapprocher les cultures. C’est notamment grâce à elle que mon intérêt pour le suédois est apparu. Tous les ans au lycée, une classe venue de … je ne sais plus où, tiens, nous rendait visite. J’ai été conquis par cette vague d’interculturalité ! 

Pour faire bref, l’association ne tend pas à dégager de profits de votre séjour linguistique. Le seul but, c’est que chacun participe à son niveau. Vous avez l’occasion de devenir bénévole ou encore de devenir famille d’accueil grâce à AFS. J’adore le concept. Pour ce qui est du prix, j’ai vérifié avec le même critère que pour les deux précédents.

Plus d’informations sur le site web.

AFS services inclus

AFS vous prend en charge de A à Z.

 

Education First, EF

Un autre poids-lourd du marché avec EF. Là, je ne vais pas vous cacher que je n’ai pas sélectionné cet organisme pour le prix mais plutôt pour la qualité des cours. Il faut être honnête : partir pour un séjour linguistique est forcément onéreux. Il faut payer les écoles qui vous accueillent, l’hébergement, l’avion, la restauration et tout le reste. Ainsi, plus les écoles sont de bonne qualité, plus l’hébergement est confortable, plus vous paierez cher. 

EF est le segment haut des organisateurs de séjours linguistiques. Leurs offres s’adressent à des porte-feuilles costauds. Mais ils réalisent également des offres intéressantes. A la date d’écriture de cet article, ils proposent 15% de remise sur les formules au trimestre. 

Plus d’informations sur le site web.

Education first

 

Les labels qualité

Que ce soit pour vous ou pour votre enfant, sachez que choisir un séjour linguistique n’est pas anodin. Les formules varient de quelques semaines à plusieurs mois. Autant dire qu’il est important de savoir vers quoi on se dirige. Pour cela, il existe des labels qualité.

 

L’UNOSEL

C’est une association qui regroupe un grand nombre de prestataires. On en dénombre environ 150. L’objectif de cette institution a été de regrouper toutes les entreprises et associations qui proposent des séjours linguistiques pour développer un label de qualité axé autour de 4 piliers :

  • Confiance
  • Ethique
  • Sérénité et sécurité
  • Education-formation

Pour faire partie du label, les organismes doivent se plier aux règles que fixe l’UNOSEL. A titre d’exemple, ils doivent se conformer aux règles et loi en vigueur (confiance). Ils doivent également assurer une permanence 24h/24h pendant les séjours (sécurité et sérénité). C’est plutôt rassurant quand on sait que les imprévus arrivent vite quand on est loin. Les organismes sont tenus d’avoir des projets pédagogiques fiables et sérieux (éducation-formation). En somme, pour vous qui souhaitez partir, ou qui vous renseignez pour votre enfant, sachez que ce dispositif est gage de bonnes pratiques.

 

NF

Ce paragraphe est un peu pointu mais nécessaire. Retenez que l’encadrement des séjours linguistiques est pris très au sérieux par la France et par l’Union Européenne. Une norme a été mise en place pour que vous puissiez vous repérer dans la masse d’informations que l’on vous donnera si vous organisez un séjour. Il s’agit de la norme NF EN 14804 en vigueur depuis 2005.

La norme NF EN 14804 exige que les organisateurs de séjours linguistiques vous fournissent :

  • toutes les informations nécessaires avant l’inscription (pièces à fournir, possibilités d’hébergement, schéma des cours disponibles, dispositions à prendre et toutes les informations pour le bon déroulement du séjour)
  • les exigences générales (surface de l’hébergement, mutualisation des espaces, cas des mineurs, etc) 
  • les éléments concernant un séjour dans une famille d’accueil (désignation du responsable légal, critères de sélection de la famille d’accueil, conditions d’hébergement, etc)
  • les documents pour que puissiez évaluer la qualité de la prestation à la fin du séjour. L’intérêt ici c’est que vous dites si l’organisme vous a donné satisfaction. Si ce n’est pas le cas, son cas sera ré-évalué par différentes commissions.

 

L’office

Le contrat qualité de l’office est également l’une des meilleures garanties pour un séjour linguistique sûr et fiable. 34 organismes sont labellisés par cet organisme crée en 1997. Avec le soutien du ministère de la jeunesse et des sports, le label qualité de l’office veille à ce que les organisateurs de séjours linguistiques respectent les conditions suivantes :

  • encadrement
  • hébergement
  • transport
  • cours activités
  • organisation générale
  • suivi 24H/24
  • informations préalables.

 

Pour aller plus loin

En conclusion, il existe tellement d’organismes qu’il est difficile de se rendre compte lesquels valent mieux que les autres. Si vous souhaitez aller plus loin dans le comparatif, voici quelques idées :

AILS, NACEL, CLC, SILC, UCPA

 

Voilà c’est tout pour aujourd’hui ! Si vous êtes partis avec un séjour linguistique, ne vous privez pas … laissez un commentaire ! A bientôt les amis.

[kkstarratings]

Apprendre une langue seul : quel endroit choisir ?

Apprendre une langue seul : quel endroit choisir ?

Pour apprendre une langue seul, à chacun sa technique. Que vous ayez décidé d’apprendre avec des livres, avec des vidéos, de la musique, ou encore avec l’une des différentes méthodes qui existent pour apprendre une langue en autodidacte, où apprendrez-vous ? Dans quel endroit avez-vous décidé d’effectuer votre apprentissage en autodidacte ? Eh oui, lorsque l’on apprend seul, le choix d’un lieu dédié à l’auto-apprentissage n’est pas à prendre à la légère. En effet, le lieu dans lequel vous déciderez d’apprendre peut avoir une incidence directe sur le résultat de votre apprentissage, puisque certains espaces permettent de mieux se concentrer et d’augmenter la motivation.

Dans cet article, nous vous proposerons quelques endroits qui pourront vous motiver davantage à apprendre une langue efficacement. Toutefois, pas de panique, il n’y a pas de lieu privilégié pour apprendre une langue en autodidacte, vous pourrez apprendre où vous voulez, à condition de vous y sentir à l’aise. Chez vous, dans une bibliothèque, un bar, un café près de chez vous ou à l’étranger, découvrez quelques lieux où vous pourrez étudier avec leurs avantages et inconvénients.

 

Pourquoi bien choisir votre lieu d’apprentissage ?

Avant de vous donner quelques pistes pour apprendre en autodidacte dans un endroit adéquat, voici tout d’abord quelques bonnes raisons de prêter attention au lieu dans lequel vous allez apprendre une langue. Premièrement, il y a la question de la concentration. Plusieurs éléments peuvent venir perturber votre apprentissage, c’est pourquoi il faut trouver l’endroit adéquat. Par exemple, certains pourraient être dérangés par leurs colocataires s’ils apprennent chez eux, ou encore par le désordre environnant qui empêche une concentration optimale (oui, un espace clair, rangé et organisé pour un apprentissage clair et ordonné, cela va de soi). D’autres peuvent être dérangés par le bruit environnant d’un bar ou par le silence religieux d’une bibliothèque – et ne vous méprenez pas, bon nombre d’entre nous n’arrive pas à travailler dans le silence absolu, paradoxal, non ?

 

Mais il y a aussi la question de la motivation. Il existe deux types de motivations appelées motivation « intrinsèque » et motivation « extrinsèque ». Rien de bien compliqué derrière ces deux mots : la motivation intrinsèque représente le plaisir d’apprendre ou la satisfaction d’apprendre seul et de progresser (motivation intérieure). La motivation extrinsèque quant à elle représente les éléments extérieurs qui poussent à l’apprentissage comme les récompenses par exemple (motivation extérieure). Celui qui apprend en autodidacte éprouve une grande satisfaction simplement avec l’acte d’apprendre. Sa motivation intrinsèque est plus développée et devient le moteur de son apprentissage, permettant des résultats plus satisfaisants que ceux de celui qui apprend en vue d’une promotion par exemple. Afin de cultiver cette motivation intrinsèque, plusieurs études ont été menées dans les années 80. Elles ont mis en évidence l’importance du lieu d’apprentissage dans la motivation pour apprendre.

 

Apprendre chez soi : attention aux pièges !

Apprendre chez soi peut avoir divers avantages. Premièrement, vous disposez de tout le confort dont vous avez besoin pour apprendre une langue seul. De plus, comme vous le savez, apprendre une langue en autodidacte doit se faire dans un endroit dans lequel vous vous sentez bien. Il est d’ailleurs très rare de ne pas être à l’aise dans sa propre maison. De plus, vous disposerez de tout ce dont vous avez besoin pour apprendre : livres, un bureau (éventuellement), un siège confortable, ordinateur, etc. Parmi les nombreux avantages de l’apprentissage à la maison, il y a la question économique. En effet, pas besoin de dépenser en transport, en café ou autre comme vous pourriez le faire si vous allez étudier dans une bibliothèque, un bar ou un café.

Néanmoins, apprendre chez soi a aussi son lot d’inconvénients. Tout d’abord, si vous vivez avec d’autres personnes, famille ou colocataires, vous êtes susceptible d’être dérangé à un moment ou à un autre. Travailler dans son lieu de vie n’est pas toujours facile, puisque la vocation principale d’un habitat n’est pas d’y étudier ou d’y travailler, mais plutôt d’y manger, de s’y relaxer ou d’y dormir. Vous l’aurez compris, il peut s’avérer difficile d’en faire un lieu propice à l’étude d’une langue. De plus, il faudra éviter d’étudier chez vous si vous êtes peu ordonné. Pourquoi ? Tout simplement parce que pour avoir les idées claires, rien de mieux qu’un espace dégagé et rangé où aucun objet ne vous distraira. Pour finir, étudier chez soi peu devenir difficile quand on sait que sa télé ou son ordinateur ne sont pas loin et que l’on peut aisément regarder sa série préférée.

A lire aussi : TOP 8 des trucs pour apprendre une langue

 

Les bibliothèques, pour une ambiance studieuse

Apprendre une langue seul dans une bibliothèque peut être une bonne solution pour ceux qui recherchent le calme absolu pour apprendre. En effet, dans les bibliothèques règne le silence le plus absolu et cela peut vous permettre de vous concentrer plus facilement. Bibliothèque nationale ou bibliothèque universitaire, vous pourrez le plus souvent trouver des livres de langues qui peuvent vous permettre de compléter votre apprentissage. Pensez aussi aux médiathèques ! Elles disposent également de matériel informatique et audio qui pourront vous faciliter l’apprentissage. Certaines médiathèques disposent même de méthodes de langues avec CD que vous pourrez utiliser sur place dans un cadre studieux mais décontracté, et que vous pourrez le plus souvent emprunter. Il ne vous reste plus qu’à trouver la liste de bibliothèques et médiathèques près de chez vous et leurs horaires pour organiser vos leçons en autodidacte.

Apprendre langue seul bibliothèque

Une bibliothèque et son calme. Une des options pour apprendre une langue.

 

Cependant, la bibliothèque, c’est aussi le souvenir des matinées, après-midis ou journées entières que vous avez passées à réviser pour des examens où bien souvent vous vous êtes forcés à travailler. Cela peut vous empêcher de prendre du plaisir à étudier. En effet, si apprendre en autodidacte dans une bibliothèque est souvent le premier choix de ceux qui ne souhaitent pas travailler chez eux, cela n’est pas toujours la solution la plus adéquate. De plus, boissons et nourriture interdites, interdiction de parler à voix haute, etc. sont autant de restrictions qui peuvent mettre à mal le plaisir d’apprendre une langue seul. En somme, apprendre dans une bibliothèque peut devenir lassant pour vous qui aimez les langues et qui aimez communiquer avec le reste du monde. Bien heureusement, comme nous allons le voir, d’autres endroits sont aussi propices à l’étude d’une langue en autodidacte.

 

Les bars et cafés

Travailler dans un bar ou un café peut être vraiment agréable lorsque l’on apprend une langue seul. Premièrement, les lieux comme les bars et les cafés sont associés au divertissement et au plaisir. On prend un café en bonne compagnie, une boisson fraîche pour se désaltérer. Rien de bien étonnant donc à ce que plusieurs apprenants choisissent d’y aller pour étudier et en fassent un lieu d’apprentissage qui permette de booster leur motivation. Bar du bout de la rue ou bar de coworking, à vous de choisir ! De plus, ce sont des lieux de partage et de sociabilisation. En effet, pourquoi ne pas prendre un instant pour discuter avec les personnes qui vous entourent ? Peut-être pourront-elles même vous conseiller, qui sait ? Comme le disait un certain Philippe Carré, « on apprend toujours seul mais jamais sans les autres ».

A contrario, les bar et cafés peuvent ne pas convenir à tout le monde. Ce sont parfois des lieux agités et le brouhaha environnant peut empêcher certains autodidactes de se plonger dans l’apprentissage de la langue. De plus, il est très important de bien choisir le bar ou le café dans lequel vous avez l’intention d’apprendre pour la simple et bonne raison que certains d’entre eux sont assez exigus. Vous pourriez donc manquer de place pour étudier. Privilégiez les endroits avec de plus grandes tables et peu de passage pour ne pas vous retrouver à l’étroit. Pour finir, étudier dans un bar peu devenir coûteux sur le long terme, car, bien évidemment, vous devrez consommer pour pouvoir y rester.

 

Zoom sur l’apprentissage en immersion

Pour apprendre une langue seul, partir en immersion est surement la solution la plus efficace. Non seulement vous pourrez mettre en pratique tout ce que vous apprenez mais aussi parce que vous obtiendrez une progression et des résultats rapides. En somme, rien de plus motivant que de partir dans le pays de la langue que vous apprenez pour faire vivre votre apprentissage. De plus, partir en immersion vous permet d’apprendre tout ce que les livres et cours ne vous disent pas, les aspects culturels et du nouveau vocabulaire. Vous pourrez aussi bien fréquenter des bars et cafés, bibliothèques et médiathèques, parcs et musées pour vous installer et étudier. Si un doute vous vient sur la langue que vous apprenez, vous n’aurez qu’à demander à un passant ! S’immerger dans la langue-culture que l’on apprend est motivant, et dans la mesure où vous aurez besoin de la langue, vous apprendrez rapidement.

Bien entendu, tout le monde n’a pas l’envie de partir seul à l’aventure et s’immerger dans la langue apprise. Pourtant, partir seul permet un apprentissage plus efficace. De plus, tout le monde n’a pas forcément le temps de partir à l’étranger sur une longue période. En réalité, beaucoup d’autodidactes ont déjà une occupation à plein temps ou des responsabilités sur place qui les empêchent de partir. Vous voyez ce que je veux dire ? Pour finir, l’expérience peut s’avérer coûteuse selon l’endroit où vous souhaitez aller.

A lire aussi : Echanger hébergement contre pratique de la langue

 

Et les autres ?

Il existe une multitude d’endroits où vous pourrez apprendre en autodidacte. Cela ne s’arrête pas seulement aux bibliothèques, cafés et bars près de chez vous. Des lieux de coworking fleurissent dans les grandes villes. Ils vous proposent un espace de travail avec un prix à l’heure et des boissons illimitées. Mais ce n’est pas tout : vous pourrez aussi vous installer dans les halls d’hôtels qui possèdent tout le confort nécessaire, ou même dans les musées. Toutefois, si vous ne souhaitez pas vous ruinez pour apprendre, vous pourrez aussi bien aller dans un parc. Vous y trouverez parfois des tables de pique-nique et où vous pourrez apprécier la nature qui vous entoure.

Un parc. Un cadre relaxant idéal pour apprendre une langue.

Un lieu d’apprentissage est-il meilleur qu’un autre ?

Apprendre en autodidacte n’obéit à aucune règle stricte, le plus important est de trouver l’endroit où vous vous sentirez le mieux pour apprendre une langue. Certains apprenants trouvent plus facile d’apprendre dans une bibliothèque et d’autres préfèrent les cafés. Toutefois, vous pourriez privilégier les endroits qui proposent le wifi gratuitement dans le cas où vous auriez besoin d’internet pour apprendre une langue seul. Comment trouver l’endroit qui vous correspondra ? Pour cela, il faudra être patient. Trouver un endroit pour travailler, c’est un peu comme chercher un logement. Demandez-vous quels sont vos préférences pour être sur de trouver l’endroit qui vous convienne. Ne vous découragez pas !

Pour conclure, bien choisir son lieu d’apprentissage est nécessaire pour rester concentré mais aussi pour conserver toute sa motivation. Il existe une multitude d’endroits où étudier. Vous pouvez bien entendu étudier chez vous, en faisant attention à ne pas être distrait, ou aller dans une bibliothèque, un café ou un bar, sans oublier les parcs, musées et espaces coworking. N’oubliez pas qu’il n’existe pas d’endroit meilleur qu’un autre pour apprendre en autodidacte. Le tout est de s’y sentir bien pour apprécier l’apprentissage d’une nouvelle langue. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous balader et trouver l’endroit parfait pour votre apprentissage. Qui sait, peut-être penser à prendre un billet pour un pays étranger !

Comment améliorer sa prononciation ?

Comment améliorer sa prononciation ?

« Mais comment font les personnes qui peuvent s’exprimer dans une langue étrangère sans accent ? » Voilà une question qui ne cesse d’animer les forums spécialisés. En épluchant les réponses données par les internautes, je me rends compte d’un non-sens absolu. Notons que les inconnus qui répondent, mettent en avant que ces personnes ont un bagage linguistique familial. La prononciation et l’accent seraient donc transmissibles par les gènes :

« Papa ou maman parle cette langue et donc le fiston ou la fifille a hérité d’un accent parfait. »

La conséquence dramatique de ce constat, c’est donc de faire croire que les apprenants n’ayant pas la chance d’avoir un parent étranger partent avec un handicap et qu’ils ne pourront jamais parler avec un bon accent.

Dans cet article, je vais tâcher de vous démontrer qu’avec une bonne paire d’oreilles et une bouche qui articule comme il se doit, chacun peut parler la langue de son choix en réduisant l’empreinte de sa langue maternelle. Nous verrons comment vous pouvez enfin améliorer votre expression orale avant de nous pencher sur comment parfaire votre accent. Go !

Améliorer son expression orale

Au détour de conversations ou de mails que vous m’envoyez, je réalise que beaucoup d’entre vous se trouvent au même stade :

« j’arrive à comprendre ce que les gens disent, je comprends ce que je lis, mais j’ai du mal à m’exprimer en retour, j’ai du mal à parler. »

 

 🙂  Bonne nouvelle : c’est normal ! 🙂 

 

Le fait de pouvoir parler est une étape qui intervient après toutes les autres. En fait, c’est un peu contre-intuitif quand on sait les bébés commencent par cela. Quand je parle des autres étapes, je parle du fait de pouvoir :

  • comprendre ce qui est écrit (compréhension écrite) ;
  • écrire (expression écrite) ;
  • comprendre ce qui est dit (compréhension orale).

En fait, ce n’est pas très compliqué : l’expression orale est la réunion de deux choses :

  • que vous soyez capable de mettre les mots et la grammaire en place dans votre tête

ET

  • que vous puissiez faire sortir tout cela de votre bouche de manière compréhensible

Suivez le guide, je vous montre d’abord comment vous devez faire pour que tout se mette en place dans votre tête avant de pouvoir verbaliser le tout à l’oral.

Etape 1 : Comment s’améliorer soi-même

Pour être capable de parler correctement, il y a une étape que vous ne devez pas négliger : vous faire confiance. C’est-à-dire que vous devez être conscient(e) de ce que vous savez déjà. Bien des lecteurs de mon blog estiment ne rien savoir. Dans la majorité des cas, c’est faux. Il vous reste des fragments de savoir, entreposés à droite et à gauche de votre cerveau. Le 1er exercice que vous devez faire, c’est de rassembler tout cela dans un ensemble homogène.

 

Une super technique pour cela consiste à se parler tout seul. Prenez n’importe quel sujet et commencez spontanément à dire tout ce qui vous passe par la tête. N’y passez pas trop de temps, c’est inutile. Bien souvent 2 ou 3 minutes suffisent. Ainsi, vous remarquerez assez vite que vous SAVEZ des choses et que vous ne partez pas de zéro. Refaites le test plusieurs fois dans la journée pendant 3 ou 4 jours (on dirait une ordonnance ! ^^).

Ce petit entraînement vous fera gagner beaucoup de temps. Il vous évitera de réviser des choses que vous savez déjà et vous évitera donc de perdre du temps.

Dans cet article, je vous dis comment trouver un sujet de discussion et à quel moment de la journée vous devriez vous exercer.

Ce que vous allez remarquer aussi, c’est qu’il y a des choses que vous ne saurez pas dire. Que ce soit du vocabulaire que vous ignorez ou des tournures de phrases, notez quelque part toutes vos hésitations pour y revenir plus tard. Peu importe que vous ne parliez pas couramment pour le moment. Si vous butez sur une façon de dire quelque chose, trouvez un autre moyen. Attaquez le problème différemment et faites simple. Exemple :

Je veux dire : « je ne pensais pas qu’elle y arriverait ».

Impossible pour le moment …

Alors dites plutôt : « elle l’a fait. Je n’y croyais pas avant ».

 

Avantages de cette étape :

  • Vous progressez à votre rythme (vous vous exercez autant de fois que vous le pouvez/souhaitez) ;
  • Pas de stress, pas de pression (personne n’attend votre réponse) ;
  • Vous consolidez vos connaissances en identifiant vos problèmes ;
  • Vous apprenez à faire des phrases plus simples et moins tortueuses.

 

Etape 2 : les outils pour aller plus loin

Une fois que vous avez tiré au clair la plupart de vos faiblesses, il faut les combler. Globalement, il faut savoir que toute règle de grammaire peut être remplacée par une autre. Il existe toujours des façons de dire ce que l’on pense.

Si vous avez respecté l’étape indispensable qui est de noter vos faiblesses, vous pourrez les surmonter assez vite. Je vous recommande deux solutions ici :

OU

 

Améliorer sa prononciation et son accent

Le mieux pour progresser c’est encore de pratiquer. Pour cela, il faut favoriser les sphères où chacun est bienveillant. Si je dis cela, c’est parce que je pense que le monde du travail n’est peut-être pas le bon espace pour se remettre en selle. Qu’on le veuille ou non, il existe quand même une sorte de pression, une sorte d’incitation à la performance qui est contraire à une progression douce et sans tracas. Notez que la prononciation est la faculté de se faire comprendre, là où l’accent est la suppression des dissonances liées à votre langue maternelle.

 

Comment avoir une meilleure prononciation ?

First things first

Attention, ce que je vais vous dire va vous paraître absurde. Mais je pense que la question mérite d’être posée. Maîtrisez-vous bien l’alphabet de la langue que vous souhaitez apprendre ? En anglais, le “g” se dit-il “dji” ou “djé” ? Ou encore comment dit-on le “v” en allemand ? En italien, le “n” …

Dans mon cas, je savais que la réponse était non pour certaines langues. De toute évidence, l’association de certaines lettres m’était complètement étrangère. Je pense notamment au “äu” en allemand ou au “sc” en italien. Autant dire que vous ne pouvez pas vous permettre de passer à côté de ce point de départ.

 

Les exercices de diction

Je vous le disais plus haut, parler tout seul amène des résultats tout à fait surprenants. En réalité, si vous suivez ce conseil, votre oreille se rendra compte que votre accent n’est pas assez bon. Ce qui encourageant, c’est que vous pouvez corriger ce petit défaut de prononciation. Je vous ai résumé quelques exercices qui pourraient vous aider à mieux prononcer :

  • l’imitation : vous écoutez quelqu’un parler (TV ou radio). Faites pause à la fin d’une phrase et répétez-la. N’ayant pas peur de forcer le trait, c’est comme ça que ça vient !
  • le tandem linguistique : ça tombe bien, j’en ai déjà parlé. Vous échangez avec une personne qui parle dans sa langue maternelle. Indiquez-lui qu’elle ne doit surtout pas hésiter à vous corriger quand vous parlez. Bref, la seule contrainte en faisant cela, c’est que l’on est beaucoup interrompu les premiers temps. Il ne faut pas être susceptible, c’est le métier qui rentre !
  • la répétition : méthode plutôt astreignante mais qui marche bien. En un mot : enregistrez-vous sur votre smartphone en train de répéter le même texte en boucle. S’écouter est complètement différent que de s’entendre. Entendu ? 😉  Plus sérieusement, forcez-vous à vous écouter plusieurs fois de suite et à sélectionner la meilleure fois.

 

Comment avoir un accent tonique ?

Alors, la question de l’accent est délicate. Elle nécessite que vous soyez habitués à entendre et parler la langue que vous apprenez. Bien que certaines personnes n’ont aucun problème de prononciation, elles n’ont jamais réussi à parler avec l’accent des gens qui les entourent.

Il n’existe pas de recette miracle mais on peut d’ores et déjà distinguer deux cas de figure :

  1. Vous vivez dans le pays de votre langue d’apprentissage : dans ce cas, il faut accepter le fait que votre accent évoluera. Les premiers temps, il s’agira de “limiter la casse”. Le but principal est de se faire comprendre. Par la suite, prenez-vous au jeu de la langue et osez faire cet “effort” de prononcer bien les mots et de demander à des proches de confiance de vous corriger.
  2. Vous n’êtes pas à l’étranger : faites le choix de n’écouter que des programmes qui viennent d’un pays ciblé. De cette façon, si vous souhaitez vous faire un magnifique accent Taïwanais, évitez (quelques temps) d’écouter des mandarins.

En guise de conclusion, si vous avez des suggestions, commentaires ou méthodes à nous faire partager, vous êtes les bienvenus. A bientôt les amis !

Recevez votre guide gratuit pour :

 

✔️ Réussir à apprendre n'importe quelle langue

✔️ Choisir les bonnes ressources

✔️ Eviter les pièges de débutants

✔️ Rester motivé.e

Félicitations ! Bienvenue à bord !

Pin It on Pinterest