Apprendre une langue étrangère ralentit l’arrivée d’Alzheimer !

par 13 Fév, 2020Pratique de la langue0 commentaires

L’impact des langues sur notre cerveau n’est plus à prouver. Les langues et la mémoire sont intimement liées, jusqu’ici, rien de nouveau sous le soleil. Mais il y a encore mieux ! Apprendre une langue étrangère est bénéfique pour votre santé cérébrale, et en particulier pour lutter contre les symptômes de la maladie d’Alzheimer ! Tiens, une raison de plus pour se motiver à apprendre le russe, le portugais ou encore l’hindi et anticiper les trous de mémoire ! Mais alors, concrètement, comment l’apprentissage des langues nous protège-t-il de cette démence ? Venez avec moi, je vous emmène à la découverte de cette machine fascinante qu’est le cerveau.

 

L’apprentissage d’une langue renforce le cerveau

Apprendre une nouvelle langue créé de nouvelles connexions cérébrales

Avant tout, arrêtons-nous quelques instants sur celle qui est considérée comme le mal de notre siècle, la maladie d’Alzheimer. Il s’agit d’une maladie neurodégénérative qui détruit, au fur et à mesure, les neurones, et dont les conséquences sont irréversibles. Pas franchement folichon…

Elle provoque des troubles de la mémoire, de la pensée mais aussi, ce que l’on oublie trop souvent, du comportement. Malheureusement, aucun traitement à ce jour n’a encore été trouvé pour contrer cette affection.

Alzheimer impacte la mémoire

Alzheimer impacte notamment la mémoire

Cependant, l’étude du Dr Brian Gold de 2013 (en anglais), publiée dans le Journal of Neuroscience, a prouvé que l’apprentissage et la pratique d’une langue étrangère ont des effets favorables sur la santé du cerveau. En d’autres termes, s’exercer à parler dans une langue étrangère ralentit le vieillissement du cerveau, protège de la démence and so d’Alzheimer. Heureuse nouvelle que voilà !

Penchons-nous maintenant sur ce qui se passe là-dedans.

Lorsque vous pratiquez, allez au choix, le pirahã (une langue rare parlée par une tribu de chasseurs-cueilleurs en Amazonie), vous stimulez une zone de votre cerveau bien spécifique. Et, comme un muscle – même si l’analogie est à prendre avec des pincettes – cette partie cérébrale se renforce.

Plus précisément, l’activité cérébrale stimule le fonctionnement de vos neurones. Ces derniers vont se ramifier et créer entre eux de nouvelles connexions. On peut même dire, sans exagérer, qu’apprendre une langue provoque des changements anatomiques dans le cerveau ! Et tout logiquement, ils renforcent son fonctionnement.

Aussi, lorsque certaines régions du cerveau deviennent défaillantes, celui-ci irait puiser dans cette nouvelle réserve cognitive, c’est-à-dire emprunter ce nouveau réseau. C’est d’autant plus intéressant que les zones les plus à même de pâtir de la maladie sont celles, vous les avez sûrement devinées, liées au langage et à la mémorisation.

Mais alors, au bout de combien de temps peut-on en voir les effets ?

 

L’apprentissage des langues stimule de nombreuses zones du cerveau

Et bien il paraîtrait que les signes soient visibles… tout de suite ! Une étude menée par le Dr Ping Li (en anglais), professeur de psychologie et de linguistique, avec d’autres chercheurs de Pennsylvanie, parue en 2014 dans le Journal of Neurolinguistics, a suivi 39 natifs anglophones. Durant six semaines, pratiquement tous les jours, ces derniers ont suivi des cours de chinois. Et avant et après chaque séance, les chercheurs leur faisaient passer systématiquement une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique).

Et figurez-vous qu’ils ont découvert qu’à chaque fin de cours, le cerveau avait de meilleures connexions cérébrales !

Bluffant.

Et puis, pratiquer une langue étrangère est certainement l’un des exercices mentaux les plus complets car il stimule plusieurs aires cérébrales :

  • l’aire de Broca : elle déclenche la production du son ;
  • l’aire motrice : elle permet la production et l’articulation d’un mot ;
  • le cortex auditif : il permet de décrypter un son ;
  • l’aire de Wernicke : elle permet d’analyser les mots qu’ils soient lus ou prononcés ;
  • et enfin, le cortex visuel : il permet de décrypter un texte.

Et toutes ces zones forment le système de contrôle exécutif. Oh non ne fuyez pas devant cette expression qui paraît sacrément austère car cela pourrait bien vous intéresser.

Lorsque vous maîtrisez plusieurs langues, selon votre interlocuteur, vous devez choisir laquelle utiliser pour lui répondre. Aussi, votre cerveau devra sélectionner la langue appropriée et inhiber les zones cérébrales qui maîtrisent, en quelque sorte, la seconde, non adéquate à la situation. Et c’est précisément ce qui stimule le fameux système de contrôle exécutif. Il est sans cesse actif et cette activation constante prévient le vieillissement du cerveau.

Bon, et à cela, vous rajoutez également le noyau caudé, le cortex préfrontal dorsolatéral, le cortex pariétal inférieur ou encore le cingulum. Ce sont les zones spécifiques évitant les interférences lorsque le cerveau choisit une langue. Ah et n’oublions pas non plus le cortex pariétal qui permet de reconnaître les sons. Mais enfin je ne vais pas rentrer dans les détails car cela deviendrait bien trop complexe.

Et notez que prévenir la maladie peut commencer à n’importe quel moment de la vie !

 

La prévention de la maladie d’Alzheimer peut se faire à tout âge

Les capacités cognitives se travaillent à tout moment

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, il est possible de profiter des effets de l’apprentissage d’une nouvelle langue à n’importe quel âge. Cette activité mentale permet à la fois de développer des capacités cognitives et d’agir de manière préventive contre cette maladie de la vieillesse.

Et c’est aussi bénéfique pour lutter contre le déficit cognitif léger (DCL). Il s’agit d’un trouble plus important qu’un déficit cognitif lié à l’âge mais qui ne nuit pas à l’indépendance de la personne qui en est atteinte. Généralement, celle-ci mettra plus de temps et d’effort pour accomplir des tâches du quotidien. Cependant, ce trouble est à surveiller car il peut mener vers un déficit plus grave, comme Alzheimer.

Bref, les capacités cérébrales ça se travaille !

Apprendre une langue permet d'avoir une mémoire d'éléphant !

S’entraîner pour avoir une mémoire d’éléphant !

Ainsi, tout petit ou d’un certain âge, il n’est jamais trop tard pour se mettre aux langues et entretenir sa santé ! C’est d’ailleurs la même étude du Dr Ling Pi, que je vous ai citée précédemment, qui le prouve. L’auteur explique que le cerveau est malléable et que lui et son équipe ont repéré des changements même au niveau du cerveau des personnes les plus âgées.

Cela donne espoir !

Attention cependant, je ne voudrais pas vous donner de faux espoirs. Lorsque la maladie fait son apparition, soit lorsqu’une personne est diagnostiquée Alzheimer, pratiquer une autre langue ne peut plus retarder le déclin cognitif

Alors autant s’y mettre tout de suite ! Et pourquoi ne pas aussi inciter mamie à se mettre au mandarin ?

Egalement, sachez qu’apprendre une langue n’empêche pas l’apparition de la maladie et, entre autres, les pertes de mémoire. Elle ne fait que ralentir l’apparition des manifestations cliniques d’Alzheimer.

Mais ce n’est tout de même pas négligeable. Voyez plutôt.

 

Il est possible de retarder l’arriver de la maladie

Une étude canadienne de 2010 menée par le professeur Ellen Bialystok de l’Université de Toronto a montré que sur deux personnes atteintes, celle qui a pratiqué deux langues durant toute sa vie, qui est bilingue donc, ne déclare la maladie que 4 ans après ! Ce n’est donc pas l’histoire de quelques mois, le bilinguisme retarde véritablement la maladie d’Alzheimer

Une autre étude écossaise de l’Université d’Edimbourg, sortie en juin 2014 dans Annals of Neurology vient également appuyer cette découverte : les personnes de plus de 70 ans ont leurs fonctions cérébrales mieux protégées si elles ont appris une langue étrangère.

Les langues peuvent donc aussi bien servir dans la vie de tous les jours que dans la vie à long terme !

Je me permets un petit aparté pour vous indiquer que pour mieux prévenir cette démence, vous devez non seulement être stimulé intellectuellement mais aussi agir dans d’autres domaines tout aussi essentiels. Comme l’explique le Centre de recherche pour l’Alzheimer en Allemagne (qui est donc écrit… en allemand), veillez à  :

  • adopter une alimentation saine et équilibrée ;
  • exercer une activité physique régulière ;
  • entretenir votre activité mentale ;
  • cultiver vos relations sociales !

Mais retournons à notre domaine de prédilection : les langues.

 

Quelques exercices sont bénéfiques pour stimuler sa mémoire

Multiplier les activités “intellectuelles”

Bon… Mais alors par où commencer ?

Rappelez-vous les différentes zones cérébrales que nous avons évoquées en ce début d’article. Elles sont liées à l’apprentissage linguistique (logique me diriez-vous), aussi elles ont besoin de stimuli de cet ordre. C’est-à-dire que pour apprendre efficacement vous devez être en situation : être en immersion, dialoguer, écouter, faire des jeux de mots, apprendre du nouveau vocabulaire, etc.

Maintenant, je pourrais tout simplement vous dire de… pratiquer ! Mais c’est un peu facile je vous le conçois. Alors voici quelques pistes pour démarrer qui vous aideront à augmenter votre matière grise.

Vous pouvez tout d’abord commencer par ces différents conseils pour apprendre une langue. Certains sont des exemples concrets des recommandations que je vous ai décrites plus haut pour développer votre acuité mentale.

Ensuite, pensez à :

Et bien évidemment, je ne peux que vous conseiller les différents articles du blog pour trouver les différentes manières d’apprendre et de vous entraîner qui vous correspondent le mieux. C’est d’autant plus intéressant qu’il est important de varier les exercices et les approches d’apprentissage d’une langue. Pourquoi ? Car ils permettent de créer diverses connexions étant donné qu’ils vont activer des zones différentes du cerveau.

 

Etre régulier dans sa pratique

Tout comme la santé physique, la santé cérébrale s’entretien de manière quotidienne. Aussi, concernant les langues, je ne peux que vous conseiller d’être régulier dans votre pratique.

La clé donc : entraîner son cerveau régulièrement.

Il faut entraîner son cerveau et sa mémoire

Utilisez votre cerveau !

Plus vous serez en contact avec la langue, plus elle vous deviendra familière. D’ailleurs, si vous commencez à rêver dans la langue que vous apprenez, c’est bon signe !

Comme expliqué dans les paragraphes précédents, vous allez créer de nouvelles connexions et celles-ci vont se renforcer. Ah ! et sachez que le cerveau n’a pas de “stock” limité, la mémoire est donc infinie. Donc non, non, vous ne pouvez plus prendre ce prétexte pour ne pas vous lancer 😉 .

Et, vous l’aurez compris tout le long de cet article, lorsque vous entraînez votre mémoire, celle-ci devient de plus en plus performante. En gros, plus vous apprenez, plus cela devient facile ! C’est un cercle vertueux. Alors ne lâchez pas votre objectif même si vous trouvez cela difficile dans les débuts.

 N’hésitez pas à consacrer une plage horaire dans la semaine ou quelques minutes dans votre journée pour vous consacrer à l’apprentissage d’une langue. Travaillez votre mémoire, c’est la condition pour que celle-ci ne vous fasse pas défaut, ou le moins possible, dans le futur.

Voilà ! Une raison de plus pour profiter des bienfaits d’apprendre une nouvelle langue et pour, dans l’avenir, ne plus dire que vous l’avez sur le bout de la langue 😉 !

 

Alors, est-ce que cela vous a donné envie de devenir polyglotte ? Et, car je serais curieuse de le savoir, remarquez-vous une meilleure assimilation de la langue au fur et à mesure de votre apprentissage ?

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez votre guide gratuit pour :

 

✔️ Réussir à apprendre n'importe quelle langue

✔️ Choisir les bonnes ressources

✔️ Eviter les pièges de débutants

✔️ Rester motivé.e

Félicitations ! Bienvenue à bord !

Pin It on Pinterest