Sommaire masquer

Comment apprendre l’anglais ? C’est une question à laquelle est confrontée une grande majorité d’entre vous. Vous n’avez peut-être pas encore essayé d’apprendre ? Ou alors vous vous êtes déjà plantés quelques fois. Aucune importance, vous savez déjà qu’apprendre l’anglais n’est pas une croisière sur le Nil ! Vous avez remarqué que, comme pour toute autre langue, il faut être capable de s’en sortir avec :

  • la compréhension écrite (est-ce que je comprends ce qui est écrit en anglais ?)
  • l’expression écrite (est-ce que je sais écrire en anglais ?)
  • la compréhension orale (est-ce que je comprends quand on me parle anglais ?)
  • l’expression orale (est-ce que je peux parler en anglais ?)

30 méthodes apprendre anglais1

 

 

Sauf que ces quatre étapes sont autant de marches à franchir. Si les deux premières semblent être assez faciles à atteindre au bout de quelques semaines, beaucoup d’entre vous ne parvient pas à dominer les deux dernières.

Mais alors pour quelle raison ? La première, c’est que vous n’avez pas la motivation, voire la flemme. Ensuite, vous pensez qu’il faut de l’argent pour s’améliorer (partir en voyage, cours de langue, prof particulier) et donc vous laissez tomber. Ou encore, vous vous ennuyez tellement en apprenant l’anglais que le découragement pointe vite le bout de son nez. Enfin, vous pouvez avoir l’impression que c’est tout simplement trop dur.

Avec cet article, nous vous présentons 50 façons différentes d’apprendre l’anglais. Elles sont toutes complémentaires. Aussi, si vous voulez maîtriser cette langue, vous pouvez tout à fait en utiliser plusieurs à la fois. Pour être sûr de réussir, il ne vous reste qu’à choisir les façons d’apprendre qui vous plaisent le plus. Si elles vous ennuient au bout de quelques temps, abandonnez-les et choisissez-en d’autres. Dans tous les cas, votre niveau d’anglais s’améliorera, c’est promis !

Pour bien commencer ou recommencer

1. Définissez la raison pour laquelle vous apprenez

On n’apprend pas tous l’anglais pour la même raison. Certains veulent briller en société et d’autres veulent juste éviter de se foirer au bac. C’est pour cette raison qu’il est super important de définir un objectif avant même de commencer l’anglais. En général, il n’existe pas 1000 raisons qui peuvent vous motiver :

  • Réussir un examen
  • Partir en voyage
  • Préparer une expatriation
  • Avoir une promotion professionnelle
  • Pour le plaisir ou son quotidien

Même si l’objectif ultime est de devenir bilingue et de parler comme un natif, ce n’est pas un objectif que vous pouvez avoir : c’est un idéal. Piochez-donc dans l’une des propositions ci-dessus pour valider l’étape number one de votre réussite en anglais.

2. Fixez-vous une date de réalisation

C’est-à-dire une date à laquelle vous souhaitez avoir réalisé votre objectif. Ne soyez ni trop pressé ni trop lent. En effet, si vous vous dites : « je veux réussir le TOEIC dans une semaine », vous allez vous mettre une pression de dingue. Et la pression, ça ne marche pas bien avec les langues !

Soyez donc assez ferme pour vous fixer une date cohérente. De plus, une date de réalisation vous permettra d’entretenir votre motivation. Vous savez quel est votre cap et combien de temps va durer le voyage. Plus vous approcherez du dénouement en ayant maintenu vos efforts, plus vous sentirez monter la fierté et le sentiment d’accomplissement.

3. Faites le point sur vos échecs passés

Je m’adresse surtout à celles et ceux qui ont déjà tenté d’apprendre l’anglais sans vraiment trop y parvenir. Si vous en êtes à votre deuxième (ou plus) tentative, voyez pourquoi cela n’a pas fonctionné les fois précédentes. Avez-vous commis les mêmes erreurs ? Notamment en reprenant les mêmes bouquins ?

En gros, il faut vous débarrasser de tout ce que vous aviez utilisé les fois d’avant. Si elles ne vous ont pas permis de vous améliorer, elles ne feront pas de miracles la prochaine fois non plus. Vous aviez un bouquin ? Passez à une application. Vous aviez un prof particulier ? Changez-en et prenez des cours collectifs. Allant de l’avant en trouvant les méthodes qui vous correspondent.

4. Evaluez votre niveau (sans être trop méchant ni trop gentil)

Connaître son niveau en langues est important sans être vital. Seulement, quand vous chercherez les bons outils pour progresser, il y a un risque que vous perdiez le modjo si vous n’êtes pas dans le cœur de cible.

Si vous visez trop haut, vous allez vite être largués et vous risquez de jeter l’éponge. Si vous visez trop bas, vous allez vous ennuyer ! Pour éviter les deux, évaluez votre niveau en vous aidant du niveau européen de langue.

5. Demandez-vous ce qu’il vous plaît au quotidien

Apprendre l’anglais doit rester un truc sympa à faire. Si c’est une corvée, c’est forcément compliqué de se motiver jour après jour ! Avant de vous lancer, je vous invite à faire une petite liste des activités que vous aimez faire dans votre vie de tous les jours.

Notez-les dans un coin de carnet ou de votre tête et servez-vous-en pour apprendre l’anglais ! Exemple tout bête : si vous adorez la cuisine, vous aurez moins de mal à regarder des vidéos de cuisine tout en anglais plutôt que des vidéos scientifiques ou des séries pas drôles. Une fois que vous avez noté vos activités favorites, parcourez cette article pour trouver comment en profiter pour devenir bilingue en anglais !

6. Lancez-vous à raison de 15 minutes par jour

Vraiment, le mieux que vous puissiez faire c’est de vous entraîner à l’anglais au moins 15 minutes par jour. Plus vous serez en contact avec la langue, plus les progrès seront rapides. Je ne vais pas vous mentir en vous disant qu’il est IMPOSSIBLE de parler anglais couramment en un mois sans être dans le pays. C’est tout.

Améliorer son expression écrite en anglais

7. Apprenez le vocabulaire par blocs de 200 mots

En fait, le premier obstacle quand on écrit, c’est le manque de vocabulaire.  Quand on doit chercher des mots dans le dictionnaire, c’est décourageant. Pour palier cette contrariété, autant blinder vos connaissances pour avoir de quoi faire ! Alors, on vous recommande notre formation AnglaisVocabrick !

Le deuxième avantage d’apprendre du vocabulaire par bloc de 200 mots, c’est le temps nécessaire pour réussir. 200 mots c’est trois semaines de boulot. Pas sorcier surtout quand on sait qu’il faut 1000 mots pour être à l’aise en anglais.

8.  Maîtrisez les temps

Les temps c’est le ciment de l’anglais. Ils occupent une place capitale. Même s’il en existe douze différents, vous n’aurez pas besoin de tous les connaître sur le bout des doigts. Si vous êtes débutants, contentez-vous d’apprendre les 4 plus fréquents :

  • le présent simple
  • le présent continu
  • le futur simple
  • le prétérit

9. Réécrivez des phrases

Pour avoir un meilleur niveau à l’écrit, vous devez écrire ! « Merci Sherlock ». Je vous recommande un petit exercice super simple sur deux semaines. Pendant une semaine, vous allez écrire cinq nouvelles phrases par jour. Vous pouvez parler de n’importe quoi, peu importe ! Donc, faites ce que vous pouvez. Ayez à l’esprit que vous devrez complexifier les phrases au fil des jours. Alors, le premier jour, vous ferez des phrases courtes et simples. Arrivés au jour 7, vous ferez des phrases plus longues et plus techniques.

La deuxième étape commence au premier jour de la deuxième semaine. Vous reprenez les phrases que vous avez faites le jour 1 et vous les corrigez ou les améliorez. Vous allez voir, plus vous écrirez, plus le résultat va vous plaire ! En résumé, ça donne cette méthode :

  • jour 1 => jour 8
  • jour 2 => jour 9
  • jour 3 => jour 10
  • etc…

10. Lisez davantage 

Et oui ! Mieux écrire passe par la lecture. Rassurez-vous, je ne suis pas en train de vous dire de lire des romans à la pelle ! Non. Quelques petits articles ici et là peuvent suffire. Le but c’est que vous compreniez comment les natifs font pour passer des idées.

Si je peux me permettre un dernier conseil, c’est de lire des articles qui ont un rapport avec ce que vous voulez. Je m’explique : si vous voulez écrire pour convaincre, comme pour une lettre de motivation par exemple, il serait inutile de lire des recettes de cuisine. Vous voyez l’idée ? En somme, choisissez bien ce que vous lisez pour que cela vous inspire et vous aide vraiment à progresser.

11. Utilisez les bons dictionnaires

Tous ne se valent pas. Je vous livre ici une sélection de ceux que je préfère :

Personnellement, je n’utilise plus du tout les dictionnaires papier. Non pas qu’ils soient mal faits mais plutôt que j’ai souvent besoin de plusieurs dictionnaires en même temps pour comprendre le sens d’un mot. D’ailleurs, j’ai souvent besoin de plusieurs traductions et d’exemples. Dans cette optique, vous aimerez sûrement Linguee qui recherche des phrases sur le net contenant le mot que vous cherchez et qui nous propose des traductions. Mais attention ! Un petit tour sur l’un des cinq dictionnaires que je vous recommande est fortement conseillé.

12. Inscrivez-vous sur des applications de communication

Avec l’avènement des applications de communication, il est de plus en plus facile de trouver des groupes pour parler avec des personnes du monde entier. Pour ma part, j’ai utilisé trois formats différents mais je suis sûr qu’il en existe plein d’autres :

  • Whatsapp : si vous tapez « whatsapp groups for language learning » dans Google, vous trouverez des groupes qui vous aideront à trouver des correspondants. Les discussion sont de tout ordre et vous pourrez vous incruster pour commencer à écrire en anglais (avec des natifs, des bilingues ou des apprenants).
  • Skype : demandez à un moteur de recherche de vous trouver « Skype language classes« . Vous tomberez sur une quantité folle de forums et de personnes qui sont à la recherche d’endroits où apprendre une langue étrangère.
  • Discord : la nouvelle mais non moins célèbre plateforme des gamers s’est largement démocratisée et vous permet maintenant de trouver des forums de discussion. J’en ai trouvé un en particulier qui est très connu : le discord de Ben, le polyglotte irlandais. Allez voir par vous-mêmes !

13. Variez le vocabulaire

Pour être performant(e) à l’écrit, il faut que vous soyez capable d’utiliser une large palette de mots et d’expressions. Si vous utilisez tout le temps les mêmes termes, vous aurez l’impression de tourner en rond et de stagner. Passées quelques semaines, vous pourrez reprendre ce que vous avez écrit pour les améliorer. Voici les stratégies que vous pouvez mettre en place :

  • utiliser d’autres mots en utilisant un dictionnaire de synonymes : il n’y a pas mieux que le thesaurus pour vous aider.
  • faire appel à des phrasal verbs pour que votre anglais sonne plus naturel. Voici une liste ici.
  • employer des figures idiomatiques pour donner plus de subtilité. Vous pourriez commencer par connaître les premiers de la liste, ceux qui sont les plus utilisés.

14. Variez vos thèmes d’écriture

Écrire sur les voyages, les évènements de la journée, sur la science, sur les projets, la cuisine demande de pouvoir s’adapter. Plus vous serez à l’aise dans différents thèmes, plus vous serez bons en anglais. C’est simple comme bonjour.

Ainsi, je vous recommande d’écrire régulièrement sur des sujets complètements différents. Cela vous permettra de devenir super polyvalent(e) mais également de casser l’ennui. Ou alors, vous pouvez varier les formes littéraires:

  • descriptif : vous faites la description d’un lieu, d’une personne, d’un moment.
  • narratif : vous racontez une histoire.
  • argumentatif : vous essayez de convaincre une personne à propos d’un sujet donné.
  • explicatif : vous donnez les tenants et aboutissants d’une situation, d’un comportement, d’une théorie, etc.

Améliorer son expression orale en anglais

15. Trouver un tandem linguistique

C’est un échange avec des correspondants aux quatre coins de la planète. Le principe est simple : vous choisissez la langue que vous souhaitez apprendre et vous êtes mis en relation avec des partenaires qui la parlent. Dans la majorité des cas, vous voudrez parler anglais et la personne d’en face voudra parler français. Pour être efficace et vous améliorer rapidement, vous devrez parler anglais 100% du temps en anglais. Votre correspondant vous répondra en français pour continuer la conversation et pour vous corriger.

Les applications de langues tournées exclusivement vers les tandems sont nombreuses. Vous retrouverez les principales dans notre article sur les tandems linguistiques. En somme, sachez que la plupart d’entre elles sont gratuites. C’est donc un excellent moyen d’améliorer votre expression orale si vous suivez ces quelques conseils :

  • parlez tous les jours, plusieurs fois par jour ;
  • si votre correspondant ne répond plus, trouvez-en un autre ;
  • acceptez les corrections de votre interlocuteur, vous êtes là pour faire des progrès ;
  • engagez-vous dans des discussions générales, n’en dites pas trop sur vous-même ;
  • privilégiez les locuteurs natifs (américains, canadiens, britanniques, sud-africains, etc.).

16. Travaillez votre prononciation

Votre prononciation doit être maîtrisée et soignée. Bien sûr, il n’est pas question de parler sans accent ! Mais réduire l’empreinte de votre langue maternelle est un pas de plus vers une bonne expression orale. Et je tiens à couper l’herbe sous le pied à pas mal de préjugés : peu importe votre âge ou votre expérience avec l’anglais, il n’est jamais trop tard pour travailler votre prononciation.

Vous serez sûrement ravis d’apprendre qu’il n’est pas si difficile de s’entraîner et d’avoir des résultats rapides pour prononcer l’anglais :

  • enregistrez-vous en train de parler et écoutez-vous ;
  • si l’enregistrement ne vous convient pas, répétez autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que vous soyez satisfaits
  • vous pouvez également imiter des personnes qui parlent : n’hésitez pas à en faire des caisses !

17. Parlez-vous tout seul

C’est la technique que j’aime le plus. Se parler seul-e est un moyen extrêmement puissant pour mieux prononcer. Déjà, cela ne vous coûte rien et puis vous n’avez besoin de personne. Sur les blogs de développement personnel, le concept de « morning routine » est devenu incontournable. Alors pourquoi ne pas intégrer votre apprentissage de l’anglais dedans ? Je vous résume l’idée : le matin, prenez du temps pour vous avant de commencer votre journée. Certains lisent, d’autres ont des loisirs créatifs, vous voyez l’idée ?

Si vous lisez régulièrement notre blog, vous connaissez déjà notre astuce pour mettre en pratique le « parlez-vous-seul ». Il s’agit de planifier sa journée pendant qu’on prend sa douche. Parlez à voix haute et faites le fil de ce qui vous attend. En fonction de votre niveau, vous serez en mesure d’en dire plus :

  • la journée d’hier
  • la journée de demain
  • vos goûts
  • les évènements qui vous ont marqué
  • etc…

18. Prenez un prof particulier

L’avantage d’un prof à votre service, c’est que vos résultats seront rapides et visibles en peu de temps. C’est la méthode idéale pour celles et ceux qui n’ont pas le temps. Dans la majorité des cas, le prof particulier n’est pas un vrai prof : il n’est pas diplômé. Alors comment faire pour trouver une personne compétente ? J’ai toujours trois critères : les diplômes universitaires, l’origine et les notations des plateformes. Un diplôme universitaire est un gage de pédagogie, l’origine vous assure une maîtrise du sujet, les notations vous donnent une note de confiance.

Bien qu’il en existe des dizaines, je n’ai que deux plateformes à vous recommander (parce que je n’ai pas personnellement testé les autres) :

  • Italki : le leader mondial
  • PrePly : une référence en France

Je ne vous cacherai pas que c’est également la méthode la plus onéreuse. En revanche, ce n’est pas parce que l’heure de cours est élevée que le prof est compétent !

19. Testez vous avec des correcteurs

Les correcteurs de prononciation peuvent être d’une aide précieuse pour s’exercer seul-e. Même si vous parlez à une machine, l’intelligence artificielle s’est considérablement développée ces dernières années. Cette dernière fonctionne sur la reconnaissance vocale. D’ailleurs vous l’utilisez sûrement tous les jours sans même vous en rendre compte ! Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, cette technologie est complexe. La machine prend en compte les intonations, le vocabulaire, la grammaire et la prononciation pour vous répondre.

Voici une liste des correcteurs de prononciation les plus aboutis :

  • Siri (Apple) : paramétrez votre téléphone en anglais et interrogez Siri. Si l’IA vous répond qu’elle ne comprend pas, c’est que votre prononciation n’est pas à la hauteur. Ce n’est pas anodin de vous recommander Siri dans cet article. Apple investit des plusieurs milliards de dollars chaque année dans l’intelligence artificielle !
  • Google : vous avez le choix d’écrire votre requête sur un clavier ou de la dicter. C’est donc cette deuxième option que vous pouvez mettre en application dès aujourd’hui ! Plus vous vous entraînerez à parler, plus rapides seront vos résultats. A l’image d’Apple, Google utilise une technologie de reconnaissance vocale sans pareille.
  • ELSA speak : l’application numéro 1 pour entraîner votre prononciation anglaise.
  •  Say it : english pronunciation : une application bien faite et qui vous montre les intonations de voix à corriger pour parler comme un bilingue !

20. AnglaisRocket : notre formation maison

Notre formation vous permet de découvrir et de mettre en pratique les cinq exercices les plus puissants pour parler anglais. Présentés de manière évolutive, ces exercices sont conçus pour vous permettre de progresser à l’oral. L’objectif reste bien évidement de parler vite et bien ! C’est pour cela que que nous vous expliquons clairement comment parvenir à améliorer votre expression orale en anglais.

Si votre problème est de ne pas être à l’aise avec le fait de parler anglais, nous avons développé notre formation pour vous. Elle s’adresse en effet à celles et ceux qui ont déjà un niveau dans la langue mais qui butent sur la dernière étape. Vous trouverez plus d’informations en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Découvrir AnglaisRocket

Améliorer sa compréhension écrite en anglais

21. S’évaluer comme les plus grands polyglottes

Nous avons étudié de près les secrets des grands polyglottes. Nous vous parlions d’Alexander Argueles dans cet article. C’est l’un des linguistes les plus impressionnants de notre ère, encore en vie. L’homme a passé des années à perfectionner son apprentissage des langues. Il confie que l’auto-évaluation est la clé pour s’organiser et pour mettre le doigt sur les axes de travail à privilégier.

Pour lui, la méthode est assez simple. Elle consiste à lire n’importe quel support écrit et à compter le nombre de mots inconnus. En général, une page suffit pour se faire une idée de son niveau. Il faut quand même garder à l’esprit qu’il est très difficile de connaître tous les mots d’une œuvre littéraire. Mais ce n’est pas ce qui est visé dans votre cas (enfin je crois). S’approcher des 100% de mots connus n’est pas ce que vous devez ambitionner. Donnez votre maximum pour approcher les 85%. Cela correspond au niveau B2.

22. Lire une page par jour

Apprendre une langue ne demande pas un investissement exclusif ! Il faut juste s’astreindre à une routine. Pour la compréhension écrite, les retombées positives de la lecture d’une page en anglais se fait ressentir en quatre semaines. Non seulement, vous tomberez encore et encore sur les mêmes mots de vocabulaire mais surtout vous verrez comment les anglophones formulent leurs phrases.

Le mieux reste de lire des pages variées. Bien que vous ayez un objectif en tête, ne lisez pas tous les jours la même revue ou le même site. Osez varier les sources pour élargir vos connaissances. Vous pourrez ainsi étendre votre champ lexical mais vous pourrez surtout réemployer des termes dans d’autres circonstances.

Exemple : vous visez une promotion professionnelle et vous travaillez dans le commerce international. Si vous ne lisez que The Economist, vous serez une pointure dans le jargon des échanges, de l’économie, des secteurs d’activités, etc. En revanche, quand viendra le moment de parler de vous, de vos hobbies, vous risquez de sécher sur une question simple. Donc si vous aimez la pâtisserie ou les voitures, je vous recommande de lire des articles sur ces sujets de temps en temps.

23. Lisez moins vite !

Bien souvent, mes élèves me disent que la compréhension écrite leur pose problème. Le vocabulaire est soit inconnu, soit la tournure des phrases leur échappe complètement. Pourtant, les textes que je leur propose sont largement de leur niveau. Le problème qu’ils ont tous, c’est qu’ils se dépêchent d’en finir avec le texte. Ils veulent lire le plus viiiiiiite possible ! Déjà, il n’y a aucun intérêt à faire cela mais en plus c’est contre-productif.

Ralentir la cadence de lecture, c’est augmenter de 40% votre compréhension. Bon, c’est moi qui sors cette statistique, ce n’est pas inscrit sur le site de l’INSEE. Mais vous avez compris la logique. Lire moins vite permet réellement de faire le lien entre les mots et de donner du sens à ceux que l’on ne connait pas. Essayez, vous verrez 🙂

24. Choisissez les lectures qui vous plaisent

Faites-vous plaisir ! A quoi bon se farcir des lectures ennuyeuses pour progresser ? Après quelques jours de travail, votre motivation tombera à zéro. C’est couru d’avance ! Donc, ne confondez pas obligation de résultat et lectures obligatoires. Les deux sont tout à fait compatibles. D’ailleurs, la méthode la plus efficace consiste à lire en anglais ce que vous lisez en français !

Si vous êtes abonnés au magazine National Geographic, vous n’aura aucun mal à trouver sa version anglaise. En réalité, puisque l’anglais est la langue la plus parlée, vous aurez TOUJOURS plus de choix dans cette langue qu’en français. Après quelques recherches, vous trouverez les titres qui vous donnent du plaisir à lire. C’est le plus important : se faire plaisir tout en progressant.

25. Ayez toujours un carnet à côté de vous

Le fameux petit carnet ! Dans l’apprentissage de mes langues, j’en ai toujours un sur moi. Je note le vocabulaire et la grammaire qui me donnent du fil à retordre. Mais je m’en sers également pour lister mes idées et mes déclics.

Bien souvent, je recopie mes notes dans mon application Anki pour passer à la phase de mémorisation. Ce logiciel est gratuit et m’aide depuis plus de 15 ans à tout retenir.

Améliorer sa compréhension orale en anglais

26. Pensez à Netflix

La plateforme de films à la demande ne fait pas que proposer des films et des séries. Grâce à une extension disponible sous Google Chrome, vous pourrez apprendre des langues avec Netflix. Alors comment ça fonctionne ?

Après avoir téléchargé l’extension LLD, vous aurez accès aux dialogues, aux sous-titres et l’option de lecture automatique :

  • les dialogues : c’est un panneau avec tous les dialogues de la série ou du film. Vous pourrez cliquer sur n’importe quel mot pour l’entendre et avoir une traduction.
  • les sous-titres : eux aussi s’adaptent à votre rythme. Tout est cliquable pour avoir des informations sur les dialogues.
  • la lecture automatique : vous pouvez l’activer pour mettre en pause la série ou le film que vous regardez après chaque phrase. Un excellent moyen d’avoir le temps de comprendre ce que les acteurs racontent !

27. Utiliser les sous-titres : oui mais en V.O

Les sous-titres sont la base de la compréhension orale (même s’il s’agit davantage de compréhension écrite). Bref ! Pour vous mettre dans le bain, les sous-titres vous seront d’une grande aide ! Mais l’écueil à éviter c’est qu’ils ne vous mâchent le travail et que vous n’ayez aucun besoin d’écouter votre série préférée.

En effet, si vous paramétrez les sous-titres en français, vous n’aurez aucun besoin de comprendre les acteurs. Vous ne ferez donc aucun progrès en compréhension orale. Dès lors, la seule chose que vous puissiez faire c’est que les mettre en version originale = en anglais. Quand vous serez meilleur(e), vous pourrez alterner entre sous-titres et pas de sous-titres.

28. N’ayez pas peur de recommencer

Quand vous découvrez une vidéo, la première écoute peut être particulièrement douloureuse. Il est possible que vous ne compreniez que l’essentiel voire rien du tout. C’est pour cette raison qu’il faut recommencer encore et encore jusqu’à reconnaître le moindre mot. Si votre niveau est faible, aidez-vous des sous-titres. Si vous recherchez un peu de challenge, faites-le sans aucune aide.

Pour ma part, je n’aime pas du tout travailler avec des chansons. Mais cela n’engage que moi. Je considère que, dans la vraie vie, personne ne parle comme il/elle chante. Donc puisque les mots sont déformés, cela n’aide pas vraiment à comprendre l’anglais. Mais si vous êtes mélomanes, vous pouvez vous y essayer. En outre, il existe des applications pour apprendre l’anglais avec les musiques. Une idée de plus !

29. Des podcasts en slow English

Ils sont nombreux et vraiment pratiques si vous vous mettez à l’anglais. Je les utilise pour toutes les langues que j’apprends. C’est véritablement un moyen pratique et performant pour doper sa compréhension orale. L’avantage du podcast réside également dans le fait qu’il n’y a pas d’images pour aider à la compréhension. A l’instar de la radio ou du téléphone, le podcast est donc la façon ultime de perfectionner son oreille.

Je vous recommande deux podcasts que j’utilise tout le temps. Ils portent le nom de « Slow English » puisque le présentateur parle très lentement :

30. Voyagez un peu !

Je sais, c’est un conseil tellement évident qu’il paraît tout moisi. Pourtant, rien de tel pour améliorer sa compréhension orale que de voyager un peu. Mais je ne vous parlerai pas de voyager Outre-Manche ou Outre-Atlantique ! Il est possible de voyager un peu dans sa propre ville. Avec un ami, nous avons longuement écumé les bars. Bon, l’alccol n’était pas notre motivation, hein. Ces mêmes bars étaient le lieux de rassemblement de passionnés de langues. Nous nous retrouvions pour parler toutes les langues possibles sauf le français.

C’est le concept du Polyglot Club. Vous devriez cliquer sur le lien pour vous rendre du potentiel de tels évènements.

Pour être sûr(e) d’arriver à apprendre l’anglais

Pour conclure cet article, je retiendrai les B.a.-ba de l’apprentissage des langues. Le premier est un produit fait maison, les secondes sont une sélection d’applications qu’on aime.

Le guide stratégique pour faire décoller votre niveau de langue

Nous avons rédigé un eBook de 145 pages qui est un concentré de bonnes pratiques pour apprendre n’importe quelle langue. Bien plus qu’un simple PDF téléchargeable, notre guide vous montre comment faire pour apprendre une langue de A à Z. Il s’adresse à tous les niveaux, tous les âges et tous les objectifs.

Après deux heures de lecture, vous saurez exactement quoi faire après. Pour en savoir plus, je vous invite à cliquer sur le gros bouton ci-dessous :

En savoir plus sur le Guide Stratégique

Les applications que l’on aime le plus

APPLICATIONPRIXDUREE DE VALIDITE NOTE Apple Store
Babbel12,99€ Un mois4,5 (23 k notes)
Memrise8,99€Un mois4,6 (19 k notes)
DuolingoGratuit A vie 4,5 (67 k notes)
Mondly 9,99€Un mois 4,5 (2,3 k notes)
MosaLingua5,49€A vie 4,7 (2,4 k notes)
Busuu9,99€ Un mois4,5 (521 notes)