Top 8 des « trucs » pour apprendre une langue

Si comme Marc et moi vous avez envie d’apprendre une langue, j’ai une bonne nouvelle : vous n’avez pas besoin d’être un génie ! Rassurant n’est-ce pas ? 😅

Dans ce top 8, je vous donne quelques pistes pour que votre travail quotidien en langue se fasse tout en douceur.

#1 : collez des post-it hong-kong-1592692_640

vous habitez dans un appartement ? Très bien. Dans un manoir ? Tant mieux pour vous. En tout cas, la méthode restera la même. Le jeu consiste à coller des post-it sur différentes surfaces et d’y inscrire sa traduction dans la langue que vous visez. Exemple : vous estimez que vous devez concentrer vos efforts sur le vocabulaire de la cuisine. Collez donc un post-it sur le four avec écrit « oven ». Sans même vous en rendre compte, vous aurez définitivement assimilé ce mot au bout de quelques jours.

#2 : bavassez sous la douche

ma méthode préférée ! La douche est un temps mort dans votre journée alors pourquoi ne pas mettre à profit les 5 à 10 minutes dont vous disposez ? C’est super simple : pendant que l’eau vous coule dessus, décrivez votre journée à venir en détaillant les différentes activités qui vous attendent. Inéluctablement, vous allez manquer de vocabulaire… Une bonne occasion d’aller le chercher pendant la journée et surtout !!! De le réutiliser lors de vos prochaines ablutions. Après deux ou trois douches, les mots que vous êtes allés chercher et que vous avez prononcé plusieurs fois seront acquis.

#3 : éteignez votre auto-radio

le trajet jusqu’au boulot… encore un petit moment qui vous appartient. Écoutez les nouvelles du monde pendant quelques instants et faites taire le poste de radio. Réagissez spontanément aux actualités en donnant votre avis et en argumentant. Si l’animateur était en train de faire l’apologie des fromages qui puent, n’ayez pas peur, seul ou avec des collègues, d’en discuter dans la voiture. Dans la langue que vous souhaitez apprendre, faites de votre mieux pour dire que vous haïssez ces fromages parce qu’une fois consommés, leur parfum n’engage pas vraiment à la conversation…

#4 : écoutez-vous parler et prononcer

si d’aventure votre objectif était de vous faire comprendre dans une langue étrangère, je vous recommande de vous enregistrer en train de parler. Pourquoi ? Eh bien parce que l’oreille humaine est prodigieuse. Elle est capable de vous dire que vous êtes sur le bon chemin ou bien que votre prononciation mériterait d’être quelque peu corrigée. En vous enregistrant, vous serez capable de vous rendre compte, tout seul, des progrès accomplis. N’hésitez surtout à reprendre un mot en l’accentuant un peu plus. Le défaut des français est de vouloir parler les lèvres serrées. N’ayez pas peur d’accompagner la sonorité des mots avec des moues appuyées. Votre oreille et votre diction se corrigeront en peu de temps avec cette petite méthode 😉

# 5 : apprenez les 500 premiers mots de vocabulaire

des chercheurs, que je salue bien bas au passage, ont eu la brillante idée de répertorier les mots les plus fréquemment utilisés dans un nombre considérable de langues. Même si on n’apprend pas vraiment que « the » est le mot le plus employé en anglais, ces listes sont une mine d’or d’informations. Elles vous permettront d’aller à l’essentiel, de connaître les mots qui reviennent le plus souvent et de les comprendre en un rien de temps. Dans un autre article, je vous donne quelques pistes sur le meilleur moyen d’apprendre ces 500 mots en quelques jours.

# 6 : mettez-vous en difficulté

toute la beauté d’une langue étrangère est sa difficulté. Donc maintenant que tout le monde le sait, plus d’excuse ! Soyez assez courageux pour parler. N’ayez plus peur de dire quelques mots lors d’une soirée ou d’une rencontre fortuite avec un étranger. Tout le secret réside dans la confiance en soi. Si vous n’en avez pas, faites comme nous … inventez-la vous ! Vous verrez, les premières fois sont frustrantes parce que l’interlocuteur ne comprend pas bien ce que vous voulez dire ou pis encore … il vous répond en français ! Mais qu’importe, l’effort est fait, persévérez et vous verrez que parler une langue étrangère est l’une des choses les plus grisantes qui soit.

# 7 : votre temps compte, pas de gâchis !

avant de vous lancer, il est essentiel de vous préparer un petit programme et de vous fixer des objectifs hebdomadaires. Ces objectifs doivent absolument correspondre à votre temps et vos capacités. Une charge de travail trop importante vous démotivera bien plus vite qu’un effort réfléchi et lissé sur une longue période. Ce petit programme doit donc être le reflet de votre personnalité. Contactez-nous, nous vous concocterons ce qu’il vous faut !

# 8 : trouvez un partenaire

friends-1209740_640

rien de tel qu’une personne qui parle la langue pour vous motiver et vous aider. Personne dans votre entourage ne parle Danois ? Pas de problème, internet regorge d’opportunités. Italki est une des références en la matière. Elle propose de mettre en relation des élèves (vous) et des profs natifs. Ce service n’est malheureusement pas gratuit mais les prix varient fortement selon que le prof en question vient de s’inscrire ou est un étudiant.

Les trois clés du succès vers le bilinguisme

Bilingue, c’est-à-dire ?

Nous avons tous eu ces conversations avec un inconnu se targuant d’être bilingue dans une langue. Impressionnant n’est-ce pas ? Eh bien pas vraiment ! Non seulement il y a de fortes chances que cette personne ne soit pas vraiment ce qu’elle dit être, bilingue, mais en plus vous pouvez vous aussi accéder à son niveau de fluidité. Eh oui ce n’est pas une blague. Faites donc le test de demander au prochain vantard de vous dire comment se disent les mots « cure-dent » et « touillette » dans la langue. Vous verrez …

Entendons-nous, être bilingue c’est n’avoir aucune difficulté à tout comprendre et tout dire dans une langue étrangère. C’est tout.

Clé du succès #1 : la discipline

Ce qu’en disent les spécialistes

« Les langues c’est comme le sport, si vous ne pratiquez pas, ça fond ». Et ça fond vite ! Dites vous bien que si vous ne stimulez pas votre boîte à réfléchir tous les jours, tous vos efforts seront vains. L’expérience nous apprend qu’il est bien plus fructueux de bosser au moins 15 minutes par jour plutôt qu’un dimanche après-midi entier.

Si nous devions définir la discipline, ce serait en disant ceci : ok, vous êtes crevés le soir en revenant des cours ou du boulot, en plus votre journée n’est pas terminée avec les enfants, la maison ou la grosse soirée qui arrive et pour couronner le tout … Vous avez l’estomac creux. Pour réussir, vous devrez vous dégager quelques minutes de libre dans la journée. Fixez-vous cet horaire de manière réfléchie et tenez-vous y le plus longtemps possible.

Clé du succès #2 : la mémoire

Ça se travaille ! Certaines personnes semblent avoir plus de facilités à retenir des visages, des numéros de téléphone ou des anecdotes. Rassurez-vous, même si vous pensez que votre mémoire vous fait défaut, il existe une myriade de super applis pour vous aider. Marc et moi utilisons depuis des années le logiciel Anki. Il fonctionne comme des cartes avec un mot à retenir écrit au recto et la traduction au verso. Un peu d’exercice tous les jours (pas plus de 10 minutes pour ma part) et retenir du vocabulaire devient un jeu d’enfant.

Clé du succès #3 : la curiosité

J’en parlais dans un précédant article. Apprendre des langues c’est avant tout se faire plaisir. La raison qui vous motive doit être nourrie dans votre travail quotidien pour que votre entrain et votre plaisir ne s’éteignent pas (jamais). Il est super important que vous sélectionniez les sources qui vous plaisent le plus ! Pour ma part j’utilise euronews pour l’actualité en plusieurs langues et différentes applications très bien faites. Je vous en reparle plus loin.

A bien vite,

Paul

Pourquoi les méthodes de langues vous font miroiter

Quoi choisir pour commencer ?

J’ai toujours aimé les langues mais comme le commun des apprenants, j’étais incapable de finir une méthode assimil ou une méthode de chez harraps. Longtemps je me suis dit que je n’étais pas assez appliqué pour entreprendre quoique ce soit. Je restais cantonné à des connaissances de base qu’un homme ou une femme avec un horizon d’un mois aurait pu dépasser sans trop de difficultés.

J’ai pourtant fait confiance à tous ces grands prédicateurs du genre qui promettent, pour ne pas dire vendent, des solutions expresses pour être bilingue en 45 leçons ou en 15 minutes par jour pendant 3 mois.

Comment s’y prendre alors ?

En réalité, sachez-le, l’apprentissage des langues est bien plus prosaïque, bien plus pragmatique que toute cette semoule que l’on nous sert sans vergogne. Elle repose sur le respect de règles de conduite très simples. Elles ne sont d’ailleurs pas nombreuses ces règles, il y en a trois : le travail de discipline, le travail de mémoire, le travail de curiosité. Je reviens plus bas sur ces trois clés du succès. Continuez à lire.

Pour l’heure, quand Marc m’a demandé d’écrire un article sur cet apprentissage des langues, je me suis retrouvé, une truelle à la main, devant la tour de Babel à édifier… J’ai dit ok. Pourquoi ? Parce que j’en suis passé par là et que j’ai fait le tour de tout ce qui se fait pour apprendre de nouvelles langues. Je suis aujourd’hui interprète dans l’armée et mon métier n’aurait pas de sens si on ne jurait que par l’anglais. Je me suis intéressé de très près depuis quelques années à l’anglais, l’allemand, le néerlandais, le suédois, le turc, le russe, l’espagnol, le japonais, etc…

Attention aux outils mal conçus

J’ai découvert avec le temps que le problème ne venait pas de moi mais bien de toutes ces merveilleuses méthodes que l’on nous vend dans le commerce. Elles ne sont pas intéressantes pour l’individu unique que vous êtes. Vous souciez-vous du chapitre « bouffe et victuailles » de l’Ossétie du sud quand vous apprenez le Russe ? Quel importance donner aux fripes traditionnelles portées autour du détroit de Magellan quand vous apprenez l’espagnol ? Bien qu’un fin connaisseur y verrait son compte, je n’y ai jamais vu le mien lorsque des thématiques de ce genre étaient abordées – et elle le sont constamment – dans de grosses méthodes de langues bien baveuses de détails.

Tout un horizon s’ouvre à vous

Si votre objectif c’est d’être à peu près au point pour baragouiner quelques phrases bien construites lorsque vous serez dans une situation d’échange interlinguistique (ce mot est un néologisme me dit Word, tant pis, vous avez compris), vous serez probablement intéressés par les articles qui suivront. Je vous filerai des tuyaux pour attaquer une langue étrangère, avec différents angles d’approche.

Ah oui, il y a aussi ces trois règles dont je vous parlais plus haut ! À suivre dans le prochain article,

Gros bisous,

Paul